Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Dernière Nuit Blanche et premier jour pour le Mettis

Des milliers de Messins ont bravé la pluie pour assister aux festivités proposées dans le cadre de la sixième et dernière Nuit Blanche et de l’inauguration du Mettis.

La foule fut notamment au rendez-vous Place de la République pour admirer le spectacle intitulé Place des anges proposé par la compagnie Le Studio de cirque. Plusieurs anges suspendus à une quinzaine de tyroliennes se sont battus à coups de plume dans le ciel messin. Près du Moyen-Pont, le public a également vu glisser sur la Moselle pendant deux heures une Fiat 500 et des nénuphars géants. Sept vraies Clio furent en outre suspendues à une corde à linge devant la gare après avoir été repeintes aux couleurs de l’arc-en-ciel au cours d’une déambulation dans le centre-ville. L’ancien dépôt des TCRM, situé Avenue de Blida, a quant à lui été transformé pour l’occasion en centre d’art éphémère avec 18 installations et 17 concerts.

Dernière Nuit Blanche et premier jour pour le Mettis dans Actualité mettis

Le Mettis, Place de la République à Metz (Crédits photo : Wikipédia)

Cette dernière Nuit Blanche messine, qui était dotée d’un budget de 350 000 euros, a également servi de prétexte à l’inauguration et à la mise en service officielle du Mettis. Depuis ce week-end, 26 bus à haut niveau de service mesurant 23,8 mètres et d’une capacité de 150 passagers circulent sur deux lignes d’une longueur totale de 17,8 km. La Ligne A relie Woippy à Borny. D’une longueur de 12,5 km, elle comporte 26 stations. La distance moyenne entre deux stations et de 480 mètres. Sur une distance de 11 km entre l’Ile du Saulcy et l’Hôpital de Mercy, la Ligne B possède quant à elle 21 stations séparées en moyenne de 520 mètres. Les deux lignes partagent dix stations et 5,4 km de tracé en commun dans le centre-ville de Metz. La fréquence de passage des véhicules est de 10 minutes sur chaque ligne aux heures de pointe, soit une fréquence de 5 minutes entre chaque bus au cœur de la cité. D’un coût unitaire de 855 000 euros hors taxe, les nouveaux bus sont dotés d’une motorisation hybride diesel-électrique. Ils ont la priorité aux feux.

A noter enfin que le projet Mettis a coûté plus de 220 millions d’euros, au lieu des 170 millions d’euros initialement estimés. A ce prix-là, mieux aurait valu construire un tramway.

6 octobre, 2013 à 22:37


9 Commentaires pour “Dernière Nuit Blanche et premier jour pour le Mettis”


  1. Balthar écrit:

    MDRRR,vous avez pas pus vous en empêcher « A ce prix-là, mieux aurait valu construire un tramway. » lol

    A ce prix la on aurait eu UNE ligne de tramway sur 5 km….

    Aller tout est terminer,le nouveaux réseaux est lancé et les Mettis sont la,on avance et on va de l’avant. ;)

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le Mettis est plus un complément appréciable à un réseau de tramway existant. Il ne peut et ne doit s’y substituer. La ville se vante d’avoir pris pour exemple Nantes, ok, mais Nantes a un tramway comme vitrine. Le bus à haut niveau de service nantais n’est qu’un complément. Toutes les villes qui comptent ont au moins un tramway, voire un métro (envisageable à Metz si on étend l’agglomération jusqu’à Hagondange, d’autant plus qu’un métro peut aussi être aérien).

    Par ailleurs, Metz croit avoir tout révolutionné alors que l’annonce vocale des stations est désormais banale (minimum syndical dans tous les réseaux de transports urbains) et il n’y a même pas d’écrans télé dans le Mettis qui donnent les news, les infos trafic, les résultats sportifs, les prochains évènements, concerts, etc.

    Bref, circulez il n’y a rien à voir.

    Ok, le design est sympa et rafraîchissant, le reste est commun, voire en-dessous de la moyenne.

  3. CrapaudVert57 écrit:

    Bonjour,

    Quelque chose à voir, si, sauf erreur de ma part. Et si toutefois MM veut bien communiquer …

    La spécificité du matériel roulant qui est une motorisation diesel électrique série pour un bus urbain. Une motorisation qui est supposée permettre d’économiser de manière importante sur les consommations de gazole, sur le papier, et entre autre avantages. Pour l’instant, et au moins au niveau national, il y a bien peu de retour d’expérience, et les exploitants (et pas vraiment des moindres) ne sont pas forcément tous bien convaincus. D’une part le cout d’investissement est bien plus élevé (+40%) et d’autre part les économies réelles ne sont pas forcément ce qui est annoncé sur le papier. A tel point que l’Ademe et l’agglomération de Lyon lancent cet automne une nouvelle phase de tests comparatifs de plusieurs matériels de ce type. Le retour d’expérience en exploitation est aussi « à voir », et il faudra tenir dans la durée (15 ans en principe) pour ce dispositif complexe.

  4. lechatnoir69 écrit:

    On aurait aimé le même sens critique de votre part concernant le stanway… Qui pour vous est la grande révolution du transport en commun en Lorraine en ce moment.

  5. Groupe BLE Lorraine écrit:

    1). Nous n’avons jamais dit que le Stanway révolutionnait les transports en Lorraine, c’est simplement un bus qui ressemble à un œuf.

    2). Le Stanway vient en complément d’une ligne de tramway déjà existante.

  6. K écrit:

    Les oubliés de Mettis !

    Beaucoup y perdent et sont pénalisés dans leur transport avec le remaniement des circuits des bus depuis le démarrage du Mettis.
    Ainsi le bus n°13 ne s’arrête plus à la République mais a pour arrêt au plus près du centre ville l’arrêt du Roi Georges. Nous voilà exclus du centre ville !!!
    J’ai entendu d’autres mécontents du côté de Metz Queuleu…
    C’est une dégradation certaine de notre qualité de vie.

  7. serge écrit:

    une LEGERE RECTIFICATION, le stanway c’est un coup de peinture sur la chaussée et l’autre truc bruyant c’est un trolley bus à guidage monorail dont aucune société, pas meme la mienne ne pourra trouver de solution au fameux galet de guidage qui pose tous les problèmes.

  8. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Metz-Métropole vous transporte aux confins de la dépense publique. Une nouvelle enveloppe de 13 millions d’euros va en effet être injectée pour améliorer le réseau le Met’ et effectuer déjà quelques aménagements. Elle concerne en réalité avant tout le Mettis.

    D’importants travaux de rabotage et d’équipements vont être engagés à l’horizon 2016. Ils permettront notamment de réduire les temps de parcours de près d’un quart d’heure sur certaines dessertes. Selon les projections, la Ligne 1 gagnerait ainsi douze minutes, la Ligne 2 huit minutes. Cette nouvelle dépense vise également à améliorer la lisibilité de l’ensemble du réseau et à rendre accessible l’intégralité de ce dernier aux personnes à mobilité réduite avec des quais à 17-18 centimètres partout. Cela aurait été quand même mieux de le faire du premier coup. Mais plusieurs entreprises se sont vues confiées des lots identiques sur le chantier. Si bien qu’en plus d’un manque d’harmonisation, certaines stations ne se sont pas retrouvées conformes.

  9. Groupe BLE Lorraine écrit:

    27 500 personnes empruntent en moyenne quotidiennement le Mettis. Les Transports de l’Agglomération de Metz-Métropole (TAMM) souhaitent franchir une moyenne de 30 000 voyageurs par jour d’ici deux à trois ans. La fréquentation de l’ensemble du réseau Le Met’, qui dessert l’agglomération messine, est de 68 000 voyageurs par jour.


Laisser un commentaire