Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Jardin de la pépinière Jouin à Marly

Le jardin extraordinaire de la pépinière Jouin se cache au 61, Rue de la Gare, à Marly. Il a été créé en 1925 par Emile Jouin et son fils Eugène, selon un plan établi par Léon Cuny, conservateur des Jardins du Palais du Luxembourg à Paris. On le surnommait à l’époque « la grande corbeille de roses placée dans la riche vallée de la Seille ». Abandonné et endommagé pendant la Seconde Guerre Mondiale, il fut restauré par Eugène Jouin qui en fit la vitrine de la pépinière. Plus de 100 000 clients s’y sont succédés pour acheter et pour demander des conseils de 1948 à 2009. Lorsque Eugène Jouin décéda en 1981, son fils Pierre, également pépinièriste-rosièriste, continua à entretenir ce jardin. A la retraite depuis 2009, il s’occupe encore et toujours des lieux.

Jardin de la pépinière Jouin à Marly dans Actualité jardin-pepiniere-jouain-marly

Pépinière Jouin à Marly (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

Deux espaces composent ce jardin. La partie haute, qui a un tracé à la française, entoure la maison familiale. Elle est agrémentée de massifs géométriques bordés de buis taillés, ainsi que de buis boules et cônes isolés sur des pelouses. La partie située en contre bas est quant à elle vallonnée. Elle présente un style paysager à l’anglaise. On y trouve des arbres, des rosiers grimpants, des hautes tiges et des saules pleureurs, mais aussi des conifères et des arbustes à fleurs.

Le jardin abrite des arbres remarquables, à l’image du picea pendula ou du cedrus atlantica pendula. On peut également y admirer de magnifiques arbres fruitiers tels que des pommiers, des poiriers, des cerisiers, des pêchers et des mirabelliers, ainsi que des variétés anciennes de lilas, des pivoines arbustives et une collection de rosiers anciens et récents.

Le jardin n’est malheureusement plus ouvert au public, à l’exception du dernier dimanche de mai et du premier dimanche de juin. Regrettable car il pourrait prétendre à faire partie du réseau des « Jardins sans limite ».

2 octobre, 2013 à 21:42


Laisser un commentaire