Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Des méduses dans l’étang de Haspelschiedt

Des méduses ont dernièrement été découvertes dans l’étang de Haspelschiedt, dans le Bitcherland. Il s’agit de pectinatella magnifica, plus couramment appelée bryozaire magnifique, espèce de méduse d’eau douce datant de l’ère primaire qui se nourrit de plantes aquatiques. Elle n’est pas urticante, contrairement à sa cousine maritime qui se nourrit de plancton et de poissons.

La pectinatella magnifica vit en colonies, parfois composées de plusieurs millions d’individus. Constituée de boules gélatineuses, elle est un indicateur de la bonne qualité des eaux. Elle est apparue à l’étang de Haspelschiedt, réputé pour sa pêche, en raison de la forte chaleur, avec une eau à 23°C, ainsi que de l’apport de nourriture venant des appâts laissés par les carpistes.

25 septembre, 2013 à 21:51


3 Commentaires pour “Des méduses dans l’étang de Haspelschiedt”


  1. CrapaudVert57 écrit:

    Cette espèce ne serait pas plus que cela un indicateur de bonne qualité des eaux. C’est le signe d’un milieu aquatique eutrophe, chargé en nutriments, et en quelque sorte « surfertilisé ». Rien de tout à fait positif pour l’étang : réchauffement des eaux, trop d’apports en N et P.

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La méduse Craspedacusta sowerbyi a été décrite pour la première fois en 1880. Originaire de Chine, on la trouve aujourd’hui sur tous les continents. Elle a déjà été observée à plusieurs reprises en Lorraine, parfois même en grand nombre dans les gravières. Elle a dernièrement été signalée dans le Canal de Novéant-sur-Moselle. Cette espèce, qui mesure d’un à deux centimètres de diamètre, ne présente aucun risque pour l’homme. Elle vit essentiellement dans les eaux qui ne contiennent aucune trace de pollution. Cette petite méduse d’eau douce constitue par conséquent un excellent indicateur de qualité de l’eau.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    A l’image de l’étang d’Haspelschiedt, les étangs et plans d’eau du Bitcherland regorgent de moules perlières. Ces mollusques, qui peuvent peser jusqu’à 300 grammes et dépasser les quinze centimètres de hauteur, constituent un bon indicateur de la santé d’un étang. Ces animaux sont bisexuels, voire hermaphrodites. Ils se reproduisent chaque année. Les poissons transportent leurs œufs dans leurs branchies. Les moules perlières peuvent vivre jusqu’à un siècle. En période de sécheresse, certaines d’entre elles doivent s’enfoncer dans la vase pour échapper aux prédateurs comme les hérons ou les rats musqués.


Laisser un commentaire