Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

La chèvre de Lorraine enfin reconnue

Au terme de cinq ans de combat, le ministère français de l’agriculture a dernièrement et officiellement reconnu la chèvre de Lorraine comme une race à part entière. La réhabilitation de cette petite chèvre rustique, dont le pelage blanc moucheté de gris et le poil qu’on ne peut pas qualifier de ras font la spécificité, est le fruit de la persévérance d’une association créée en 2007. « Les Amis des chèvres de Lorraine » ont sauvé in extremis cette race qui était sur le point de disparaitre, réduite seulement à quelques dizaines d’individus.

La chèvre de Lorraine enfin reconnue dans Actualité chevres-de-lorraine

Chèvres de Lorraine dans les Vosges (Crédits photo : Association des Amis des chèvres de Lorraine)

L’association recense aujourd’hui une soixantaine d’éleveurs de chèvres de Lorraine dans la région. Leur nombre de cesse désormais de croître. Les deux tiers de la race sont répartis en Lorraine, le reste dans des zones limitrophes, dont la Belgique. Cette discrète présence caprine regagne donc petit à petit du terrain dans les jardins et les vergers lorrains. La chèvre participe en effet au défrichage des coteaux et des parcelles mises à disposition par des villageois ou de lointains héritiers qui n’ont plus le temps ni le goût d’entretenir ces bouts de terrains pentus et barrés de murets.

8 septembre, 2013 à 19:39


5 Commentaires pour “La chèvre de Lorraine enfin reconnue”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    En 2007, il n’y avait plus que 78 chèvres lorraines réparties entre neuf éleveurs. Aujourd’hui, 500 bêtes à cornes prospèrent en Lorraine. Une quinzaine d’éleveurs professionnels transforment leur lait en fromage.

    La chèvre lorraine fait partie de l’histoire des savoir-faire de l’élevage lorrain. Elle n’est certes pas la chèvre qui produit le plus de lait, mais elle est rustique et s’adapte parfaitement aux environnements les plus rudes. C’est une des meilleures armes pour le débroussaillage des zones difficiles.

    La reconnaissance officielle de la race va permettre d’accélérer le processus de préservation de la chèvre lorraine.

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    L’Association des Amis de la Chèvre de Lorraine et l’ENSAIA (Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires) vous invitent à une projection-débat sur les races locales du Grand Est et les enjeux de leur sauvegarde via l’élevage :

    Jeudi 22 mai à 19h00
    Amphi Cuenot – ENSAIA
    2, Avenue de la forêt de Haye
    54500 Vandœuvre-lès-Nancy
    Entrée libre.

    Les élèves-ingénieurs de l’ENSAIA présenteront le court documentaire qu’ils ont réalisé sur l’association des Amis de la Chèvre de Lorraine et le sauvetage de cette race. Cette projection sera suivie d’un débat sur les races locales et sur les mesures qui sont déployées pour les développer.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La chèvre de Lorraine compte aujourd’hui plus de 700 individus. Elle est cela dit encore loin d’être sauvée. En effet, pour qu’une race soit considérée comme sauvée, il faut qu’elle ait 8 000 femelles reproductrices. Pour l’heure, il n’y en a que 550 pour la chèvre de Lorraine. Cette petite biquette à la robe mouchetée noire et blanche pèse environ 50 kilos et mesure au garrot entre 68 et 73 cm, selon s’il s’agit d’une chèvre ou d’un bouc. Adaptée à la marche grâce à de solides aplombs, cette race rustique est aussi une grande laitière. Une chèvre de Lorraine produit en effet entre deux et trois litres de lait par jour. Un lait qui est ensuite transformé en fromages frais et sec par les éleveurs. En 2015, ils sont environ 80, professionnels ou amateurs, à préserver et à faire connaître la race Lorraine.

  4. BOCKSTALLER écrit:

    cherche adresse pour acheter des chèvres lorraine

  5. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Metz Métropole est dernièrement devenue la première collectivité de Lorraine à adhérer à l’association des Amis de la Chèvre de Lorraine. Celle-ci regroupe une centaine d’éleveur et vise à préserver et à développer la race chèvre de Lorraine. Autrefois très répandue dans nos campagnes, cette race rustique locale reste aujourd’hui en voie de disparition même si elle connaît un certain renouveau depuis quelques années grâce au formidable travail de l’association. En y adhérant, Metz Métropole a pu entrer en contact avec des éleveurs de chèvres de Lorraine pour accueillir une ou deux exploitations caprines sur les pentes du Mont-Saint-Quentin, afin d’y entretenir et d’y préserver les pelouses calcaires.


Laisser un commentaire