Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Guerre 1914-1918 : tournage en Meuse

Les Eparges, près de Verdun, début 1915. Hachés par la mitraille, quelques arbres survivants lancent des branches mutilées vers un ciel pesant, chargé de gris et de froid. La boue colle aux uniformes et aux espoirs des jeunes gens recroquevillés là, dans la tranchée, sous la colline. Des gamins de vingt ans, hagards, dépenaillés. Parmi eux, un certain Maurice Genevoix (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/06/bataille-de-verdun-sur-les-pas-des-ecrivains/), à la fois acteur et observateur du quotidien de ses camarades enterrés et, au-delà, de la tragédie gigantesque qui se joue ici, en Lorraine. Genevoix engrange, sans le savoir peut-être, la matière des récits de guerre qu’il fournira plus tard et qu’il rassemblera dans un même volume, sous un titre générique, Ceux de 14. Blessé en avril 1915, il y raconte son expérience des neuf premiers mois du conflit. Le temps de l’enthousiasme et, très vite, celui de la désillusion.

Guerre 1914-1918 : tournage en Meuse dans Actualité tranchees-verdun-tournage

L’enfer de Verdun sera porté à l’écran (Crédits photo : Verdun Tourisme)

Près d’un siècle plus tard, non loin des Eparges, les quelques hectares vallonnés de l’espace Fleming, qui servent de terrain aux amateurs de moto-cross derrière le ville de Thierville-sur-Meuse, accueillent l’équipe de tournage du réalisateur Olivier Schatzky. Celui-ci réalise pour le compte de France 3 six épisodes de 52 minutes. L’ensemble, qui comportera des scènes d’envergure, avec des bombardements d’artillerie et des charges de cavalerie, constituera pour France Télévisions le volet fiction du centenaire de la Grande Guerre (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/02/16/ouvrir-verdun-et-la-meuse-au-tourisme/). Treize semaines de tournage sont programmées, dont quatre en Meuse. Une tranchée d’une centaine de mètres a pour l’occasion été reconstituée à l’identique.

10 mai, 2013 à 17:51


Laisser un commentaire