Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Aménagement de la traversée de Moulins-lès-Metz

La traversée de Moulins-lès-Metz est l’un des principaux points noirs de l’agglomération messine dans le domaine des transports. Elle suscite depuis des décennies beaucoup de débats stériles, ainsi que la colère et l’incompréhension des automobilistes et des riverains. En attendant, aucune solution satisfaisante n’a été mise en œuvre pour limiter durablement les bouchons et les nuisances qui polluent la vie des Moulinois. 15 000 véhicules transitent quotidiennement par la RD 643 qui constitue l’une des principales dessertes de Metz depuis l’Ouest lorrain.

Deux panneaux à messages variables ont dernièrement été installés à la sortie de Gravelotte en direction de Metz et à la sortie de l’A 31 sur le pont enjambant la Moselle. Ils informent les automobilistes des temps de parcours de la traversée de Moulins-lès-Metz et les incitent en conséquence à adapter leur vitesse et leur itinéraire. Lorsque le trafic est fluide, il faut entre 8 et 10 minutes. Aux heures de pointes, il faut compter 15 minutes. Ces panneaux se trouvent déjà dans de nombreuses autres agglomérations en France. Ils devraient à terme être déployés sur d’autres axes mosellans. Pilotés depuis le Centre Opérationnel des Routes Départementales (CORD), ils sont actualisés en temps réel grâce à 14 balises implantées au bord des routes.

A noter par ailleurs qu’un vaste giratoire va être aménagé en lieu et place du grand carrefour de Moulins-Saint-Pierre en 2014. Les feux tricolores seront supprimés. L’idée est de rendre le trafic plus fluide en donnant la priorité aux véhicules venant de l’A 31 et d’Ars-sur-Moselle.

Le contournement de Moulins-lès-Metz, dont on parle depuis près de 50 ans, reste quant à lui à l’étude (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/04/contournement-de-moulins-lautre-proposition/). Cette solution idéale est complexe à réaliser en raison des contraintes liées à la densité du bâti et à la législation environnementale. Le sous-sol d’une partie des secteurs concernés, en particulier à Sainte-Ruffine, est également en mauvais état et présente des risques importants de glissement de terrains.

19 avril, 2013 à 16:34


Laisser un commentaire