Centre de ressources numériques sur la Lorraine

De la vente directe en Lorraine

Des fraises et des asperges au printemps, des pommes de terre de plein champ et de l’agneau en quantité à Pâques. La ferme du Chambeyron, près de Sierck-lès-Bains, propose des produits de saison. La viande de cheval vendue pour de la viande de bœuf et l’opacité des flux de transformation et de distribution rappellent les vertus et les limites de la vente directe, ou circuit court, qui accepte au maximum un seul intermédiaire. Près de 20 % des exploitants agricoles lorrains la pratiquent d’une façon ou d’une autre, hébergement compris. Chez nous, il s’agit avant tout de fruits et de légumes. Les maraîchers, bio ou non, sont en effet très présents sur les circuits courts. Les producteurs de lait et de viande sont contraints par la proximité d’infrastructures de transformation, de sites d’abattage et de découpe par exemple. Le problème est particulièrement sensible pour les éleveurs de porcs, qui sont obligés de se rendre au plus près en Allemagne. C’est la raison pour laquelle l’idée de créer un abattoir dans le Nord mosellan commence à faire son chemin.

De la vente directe en Lorraine dans Actualité circuits-courts

La vente directe, une idée à développer en Lorraine (Crédits photo : Hempuli – Gettyimages)

En Lorraine, environ 80 éleveurs par département ont une activité de vente directe de viande. Mais l’individualisme reste la règle, ce qui limite les quantités. Ce fonctionnement ne permet pas aux producteurs de remporter des marchés de restauration hors domicile, dans les écoles par exemple.

La filière reste donc encore à structurer. Les producteurs doivent comprendre qu’ils seront plus forts s’ils sont unis. C’est pourquoi la vente à la ferme reste largement majoritaire, suivie de loin par les marchés, les boutiques, les tournées à domicile, la vente en paniers et celle en grandes et moyennes surfaces. Dans tous les cas, le consommateur doit faire le premier pas vers des circuits encore marginaux. Mais la crise de confiance actuelle pourrait l’inciter à le faire davantage. D’autant plus qu’en raison de la proximité entre le consommateur et le producteur, ce dernier est responsabilisé et adopte généralement une démarche de qualité.

6 mars, 2013 à 23:22


Un commentaire pour “De la vente directe en Lorraine”


  1. alexandre écrit:

    Bonjour,

    je souhaiterais savoir si il existe un outil de recherche permettant de retrouver les circuits courts en moselle et meurthe et moselle ?

    merci pour votre réponse


Laisser un commentaire