Accueil Actualité Hayange-Florange est le Gandrange de Hollande

Hayange-Florange est le Gandrange de Hollande

1 min lues
2
0
162

« Un fois élu, je ferai voter une loi prévoyant que, quand une grande firme ne veut plus d’une unité de production, elle soit obligée de la céder à un repreneur ». Telle était la déclaration du candidat François Hollande le 24 février 2012 à Florange. Un an plus tard, il ne reste pas grand-chose des « promesses de l’Estafette » syndicale sur laquelle était monté François Hollande. Beaucoup de larmes ont depuis coulé sous les ponts.

Il faut dire que le bilan est maigre pour la Vallée de la Fensch : quelques esquisses mais pas de loi, une fin de non-recevoir pour la proposition de reprise Serin-Mordachov, un pseudo accord Matignon-Mittal qui condamne le chaud mais semble sauver le froid, deux des trois cowpers (tours de chauffe cylindrique) du haut-fourneau P3 obligées d’être éteintes faute d’entretien malgré leur mise sous cocon …

Hayange-Florange est devenu le Gandrange de Hollande. Pire, à la différence de Gandrange, il y avait un projet de reprise à Hayange-Florange.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

2 Commentaires

  1. guill

    1 mars, 2013 à 23:25

    Bonsoir,

    Vous allez peut-être un peu loin dans votre conclusion, non ?
    Il n’y a pas que Florance et la Moselle en Lorraine et en France …

    Guillaume

  2. bloggerslorrainsengages

    3 mai, 2013 à 13:42

    Un an après les promesses de l’Estafette syndicale de Florange, François Hollande est désormais soumis à l’épreuve des faits : pas de loi sur les licenciements boursiers ni reprise publique transitoire du site de la Vallée de la Fensch, où les hauts-fourneaux sont en cours d’extinction.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Extension de la station de compression de gaz

La station de compression de gaz naturel de Laneuvelotte, près de Nancy, l’une des p…