Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Evolution de la démographie en Lorraine

Avec 2 350 920 habitants au 1er janvier 2010, la Lorraine se trouve à un niveau de population encore jamais atteint. Selon l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), la Lorraine est la 11ème région la plus peuplée en France. Son augmentation démographique est cependant extrêmement limitée. Elle est de l’ordre de + 0,2 %, contre + 0,6 % en moyenne en France.

A l’instar de toutes les provinces du Nord de la France, la Lorraine a un solde migratoire négatif, ce qui signifie qu’elle enregistre plus de départs que d’arrivées (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/01/15/la-lorraine-en-mal-de-ses-habitants/ et http://forumdeslorrains.forumactif.com/t1187-la-lorraine-en-manque-de-lorrains#3616), à la différence de toutes les zones qui bordent la Méditerranée et l’Atlantique. Son taux de natalité, qui la maintient pour le moment au-dessus du seuil de flottaison, diminue. Si bien qu’en extrapolant le modèle, la Lorraine devrait accuser plus de décès que de naissances à partir de 2020 et perdre des habitants.

A noter que des disparités existent entre les territoires lorrains. Ainsi, avec 379 724 habitants, les Vosges sont le seul département à perdre de la population. La Meuse stagne (193 923), alors que la Moselle (1 045 066) et la Meurthe-et-Moselle (732 207) progressent légèrement.

Le nombre très élevé de petites communes fait partie des spécificités lorraines. 60 % ont moins de 400 habitants et 81 % moins de 1 000. On constate par ailleurs une diminution de la population dans les centres-villes, en raison de la pression foncière, au profit des communes situées dans la deuxième couronne. Par rapport aux données de 1999, sur les 29 villes lorraines de plus de 10 000 habitants, cinq seulement ont vu leur population augmenter : Thionville (+ 0,3 %), Nancy (+ 1,8 %), Hayange (+2,5 %), Florange (+ 6,3%) et Yutz (+ 10,1 % ). Les autres villes sont toutes dans le rouge : Metz (- 2,5 %), Montigny-lès-Metz (- 3,8 %), Woippy (- 5,2 %), Laxou (- 3,1 %), Saint-Max (- 9,2 %), Villers-lès-Nancy (- 8,6 %), Epinal (- 8,2 %), Saint-Dié-des-Vosges (- 5 %), Bar-le-Duc (- 6,2 %), Verdun (- 5,7 %), Saint-Avold (- 3,8 %), Stiring-Wendel (- 5,3 %), Forbach (- 5,7 %), Creutzwald (- 6,1 %), Sarreguemines (- 7,2 %), Freyming-Merlebach (- 8,5 %), Sarrebourg (- 5,7 %), Toul (- 7,4 %) et Rombas (- 7,5 %).

26 janvier, 2013 à 11:50


4 Commentaires pour “Evolution de la démographie en Lorraine”


  1. Varenga écrit:

    La bonne nouvelle sera lorsqu’on apprendra que la population diminue.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    C’est plutôt le contraire si on ne veut pas que la Lorraine ressemble au plateau du Larzac, mais qu’elle soit au contraire dynamique et prospère, d’autant plus qu’avec toutes nos friches industrielles et militaires à reconvertir (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t813-exemples-de-reconversion-de-friches-industrielles-en-lorraine), nous pouvons accueillir sans problème de nouveaux habitants sans empiéter sur des terres agricoles. Les théories malthusiennes n’ont jamais démontré leur efficacité.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Au 1er janvier 2013, la Lorraine comptait 2 351 000 habitants. Notre province présente un excédent naturel : 26 000 naissances ont été comptabilisées en 2012 pour 22 000 décès. Elle accuse cependant un déficit migratoire avec 4 400 départs de plus que d’arrivées.

    Depuis la fin des années 1990, la Lorraine gagne près de 3 400 habitants par an. La natalité permet de compenser le déficit migratoire qui se réduit.

    Depuis les années 1960, la Lorraine souffre d’un lourd déficit migratoire. Elle l’a compensé par le dynamisme de sa natalité. En 30 ans, elle a réduit de moitié son déficit migratoire qui est de 2 500 habitants en moyenne. Le problème, c’est que dans le même temps, le nombre de naissances a lui aussi diminué.

  4. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La Lorraine Nord représente 8 % de la population lorraine, mais 30 % de la croissance démographique régionale. Depuis 2006, le territoire a gagné plus de 4 000 habitants. Ce rythme de croissance, trois fois supérieur à celui du reste de la Lorraine, est lié à la proximité du Luxembourg et de l’agglomération messine.


Laisser un commentaire