Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > BA 128 : la résidence du général reconvertie en restaurant gastronomique ?

BA 128 : la résidence du général reconvertie en restaurant gastronomique ?

Désormais vide suite aux iniques et odieuses restructurations militaires (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t444-restructurations-militaires-en-lorraine), la Base Aérienne 128 et ses emprises satellites doivent maintenant trouver une nouvelle vie. La résidence du général pourrait ainsi devenir un restaurant gastronomique. Celle-ci sera cédée à l’euro symbolique à la communauté d’agglomération de Metz Métropole en même temps que la BA 128 en janvier 2013.

BA 128 : la résidence du général reconvertie en restaurant gastronomique ? dans Actualité residence-general-ba-128

La résidence du général de la BA 128 dans son écrin de verdure

L’histoire de cette villa rectangulaire de 300 mètres carrés aux plaques de marbre incrustées dans la façade est directement liée à celle de l’armée de l’air française. En 1965, le général de Gaulle annonça le retrait de la France de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord). La sortie du commandement intégré entraîna une restructuration de l’aviation française dans le contexte de Guerre Froide. Dès le 1er juillet, la BA 128 fut désignée pour accueillir l’état-major de la Force Aérienne et Tactique et de la 1ère Région Aérienne (FATAC – 1ère RA). D’importants travaux furent alors entrepris sur la base pour construire le bâtiment des directions de l’état-major. Sur les hauteurs du plateau de Frescaty, à peu près au même endroit que l’ancien château Bouchotte qui fut détruit par les bombardements alliés en 1944, une résidence fut bâtie dans le courant de l’année pour le général commandant la FATAC. Depuis cette date, les commandants des forces aériennes se sont succédés dans cette villa plus fonctionnelle que luxueuse.

Le premier niveau, semi-enterré, accueillait les personnels de la maison. La laverie et le grand piano de la cuisine ont été démantelés. Les salons au sol de marbre blanc étaient quant à eux la partie dédiée aux réceptions. Ils ont été vidés. Les meubles ont été rapatriés dans la nouvelle résidence du général, à Dijon. Une partie des tableaux et des objets d’art ont été vendus aux enchères. Un escalier en marbre mène aux appartements privés du général. Il débouche sur un vaste couloir équipé d’un miroir mural et éclairé par un puits de lumière. Les pièces au parquet massif et aux murs clairs sont spacieuses.  

La résidence s’ouvre à l’arrière sur un magnifique parc arboré de treize hectares avec trois étangs poissonneux, des vergers et des courts de tennis. Le bois des daims, d’une surface de sept hectares, est séparé du parc par un grillage. Comme les militaires, les animaux ont quitté les lieux. En 2009, on en comptait une quarantaine. Une vingtaine a été confiée à la Fondation Brigitte-Bardot. Le reste a été donné à un particulier possédant un domaine près de Nevers.

Aujourd’hui, la résidence du général pourrait être reconvertie en restaurant gastronomique. Les services de Metz-Métropole négocient avec un jeune chef qui a les capacités d’avoir une étoile. Les salons, très lumineux, pourraient facilement être transformés en grande salle de restauration. Le niveau semi-enterré, qui était déjà équipé d’un piano, d’une chambre froide, d’une chaufferie et d’une buanderie, est parfaitement adapté pour installer les équipements liés à l’activité d’un restaurant. L’étage, une fois réaménagé, pourrait de même accueillir des chambres de standing. En cas d’accord avec le restaurateur, ce dernier exploiterait la résidence et le parc de treize hectares. Le bois aux daims, espace boisé classé, resterait un site naturel.

Rappelons que l’emprise de la base aérienne et ses abords ont vocation à devenir un site dédié au tourisme, au sport et à la nature. Un village sportif développé par la société Oxylane verra bientôt le jour sur les 33 hectares du camp de Tournebride (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/02/16/le-geant-actisud/). Dans ce cadre, le restaurant deviendrait un phare qui participerait à l’attractivité de ce territoire.

30 décembre, 2012 à 23:17


Laisser un commentaire