Accueil Actualité Destruction inadmissible de l’étang de Joudreville

Destruction inadmissible de l’étang de Joudreville

3 min lues
10
0
32

Petit coin de paradis situé entre Joudreville et Norroy-le-Sec, à une dizaine de kilomètres de Briey, l’étang Roland Charrette est également connu sous le nom d’étang des Mineurs. Créé au début des années 1950 par l’ancienne mine du Nord-Est, il s’étend sur plus de six hectares. Mais il est aujourd’hui voué à disparaître en raison d’un excès de zèle administratif incompréhensible.

Destruction inadmissible de l’étang de Joudreville dans Actualité etang-joudreville

Le crépuscule est proche pour l’étang de Joudreville (Crédits photo : Aymeric 201)

Bien réel pour les centaines de pêcheurs qui ont défilé sur ses rives depuis un demi-siècle, cette vaste pièce d’eau n’a pourtant aucune existence légale aux yeux de l’administration française. Propriétaire du site depuis 1994, la Fédération départementale de pêche souhaitait entreprendre d’importants travaux de rénovation pour remettre à flot l’étang vieillissant. L’Etat français a refusé sa demande d’autorisation de chantier, arguant que le plan d’eau n’avait jamais été déclaré et qu’il n’avait donc officiellement aucune existence légale. Cette situation aussi absurde qu’ubuesque condamne l’étang Roland Charrette. La nouvelle réglementation européenne, matérialisée par la fameuse Directive-Cadre sur l’Eau (DCE), interdit en effet la création de retenues de ce type et impose un rétablissement de la continuité écologique des cours d’eau.

L’étang fantôme va par conséquent mourir. D’ici quelques mois, l’actuel barrage devrait être arasé et le plan d’eau transformé en zone humide.

C’est lamentable de voir que le pouvoir central chipote aujourd’hui pour un document administratif, mais que cela ne l’a pas gêné de toucher des taxes piscicoles et des impôts sur cet étang pendant plus de cinquante ans.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

10 Commentaires

  1. guill

    15 novembre, 2012 à 19:28

    Bonsoir,

    Si ça a rapport avec la loi sur l’eau, vous venez de la découvrir ! Bonne dégustation !

    Guillaume

  2. CrapaudVert57

    15 novembre, 2012 à 23:33

    Bienvenu en effet dans un système ou la réglementation dit sans doute ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour protéger l’environnement, d’une manière normative ou le doute n’a guère sa place, mais ne dit rien de la manière dont on prend en compte avec raison l’homme, ses activités, ses loisirs, et les fonctions sociales associées.

  3. kerwer sebastien

    26 novembre, 2012 à 22:46

    bonjour belle article il faut faire un maximum d’article pour sauver l’étang de joudreville merci a vous.

  4. LACOLOMBE JONATHAN

    2 décembre, 2012 à 13:59

    Bonjour,
    en réponse,la fédération utilise les lois que quand ça les arrange.D’aprés la DDAF et un texte de loi, on peux vidanger un étang sans document administratif.
    Il faut savoir aussi, que lorsque le moine sera détruit, le poisson ne pourra pas être repris(et oui, le poisson n’appartient à personne, c’est la loi). Donc le poisson se retrouvra sur le ventre, au millieu d’une trés belle zone humide. Puisque le ruisseau qui alimente, coule 5 mois sur 12.
    Et dans la même ligne de con…rie, le plan d’eau de Briey. La fédération a mis plus de 5 millions d’euros,(puisqu’ils suivent la loi), pour un bac à truites? Car il me semble, que le Woigot qui l’alimente, est en 1er catégorie. Donc, il sera interdit de remettre du poisson blanc (brochet, carpe…).Alors BRAVO, pour la protection du milieu aquatique.

  5. grosjean Lucas

    21 décembre, 2012 à 14:35

    il faut se battre pour que letang ne soit pas raser !!!!!!

  6. bonaldi

    23 août, 2013 à 10:36

    il ne tuerons pas l’etang car ils devront passer sur moi et tout mes amis qui seront la pour les repousser et les foutre a leau biz

  7. gavard michael

    23 août, 2013 à 17:50

    bjrs. a toute personnes qui lira se message ..je me suis entretenu avec ,le garde de l’étant de joudreville qui nous a dit que la fermeture est pour la fin de l’année 2013.. ou et passes tous l’argent de tout les pécheurs de la région du nord est lux, bel. merci monsieur????? cordialement

  8. bloggerslorrainsengages

    24 août, 2013 à 11:29

    Cela va en dépit de tout bon sens, c’est incroyable

  9. Niko

    29 août, 2013 à 18:44

    C’est pas mal ça, on paye pour pêcher un plan d’eau qui n’appartient à personne et limite qui n’existerait pas et maintenant ils veulent le vider car il n’y a pas de budget pour l’entretenir. Plutôt que de le vidanger autant qu’ils nous en laisse l’accès que chacun puisse y pêcher s’il le souhaite.

  10. Adeline

    9 décembre, 2013 à 15:46

    La destruction de l’étang de joudreville à commencée…, creusé par les mineurs, pour moi c’est mon enfance qui part en fumée, née dans un village où on n’a rien pour les jeunes, cet étang été source de bonheur et de plaisir, aller à la pêche avec son papa et son petit frère, passer des heures au bord de l’eau à attendre un poisson ou juste à jouer dans un endroit calme et paisible. Et même si pour moi ce n’est pas une passion c’est tout ce que la jeunesse qui aime ce sport avait. Cet endroit est pourtant connu de beaucoup puisque bon nombres de pêcheurs de pays viennent pour « le site exceptionnel ». Maintenant fini les ballade en été ou en hiver sur un site naturel exceptionnel tout ça parce que des connards l’ont décide parce qu’un ruisseau s’écoule dedans. Cela me révolte et m’attriste en même temps, comment laisser pour compte une jeunesse qui n’as déjà pas grand chose. Sans compter les gros porcs qui pensent que c’est une décharge publique et se permettent de jeter des tonnes de merde qui mettra des années avant de disparaitre et là personne ne dit rien. Sans compter l’argent que le fédération à encaissée pendant des années avec le prix des cartes de pêche.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’importance de la filière agroalimentaire en Lorraine

Le premier salon des industries agroalimentaires de Lorraine, organisé à Metz-Expo, a atti…