Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Le Tiefe Pfuhl de Woelfling

Dans la forêt de Woelfling-lès-Sarreguemines, au lieu-dit Frohnerwald, se trouve un immense trou qui était jadis un marécage boueux. Selon la légende, ce trou aurait été créé par Dieu pour punir la méchanceté humaine. Les habitants essayèrent plusieurs fois de mesurer sa profondeur, en vain.

Le Tiefe Pfuhl de Woelfling dans Culture et patrimoine caleche-seigneur

L’histoire raconte qu’en des temps bien reculés, un seigneur traversa la forêt de Woelfling-lès-Sarreguemines pour rejoindre Gros-Réderching en empruntant la voie romaine. Ce seigneur était connu pour son caractère sévère, froid et cruel. Il n’était pas aimé de ses sujets, qui tremblaient rien qu’en le voyant passer. Alors que son carrosse cheminait à bonne allure, un enfant se trouvait assis au milieu du chemin au lieu-dit Frohnerwald. Vêtu pauvrement, il portait sur ses genoux un jeune corbeau tombé du nid avec lequel il jouait. Le garçon ne semblait pas vouloir s’écarter du chemin. Le cocher, qui ne voulait pas le renverser, stoppa net le carrosse, tiré par quatre superbes chevaux blancs. Il demanda à l’enfant de se mettre sur le bas-côté, afin de libérer le passage. Mais celui-ci sollicita quelques pièces pour améliorer son quotidien. Le cocher avisa son seigneur, percepteur de profession, du souhait de l’enfant. Le seigneur refusa catégoriquement et ordonna au cocher de reprendre la route et de ne pas se laisser intimider par le jeune garçon. Le cocher obéit à contre cœur et renversa l’enfant. Au même instant, un trou béant s’ouvrit sous le carrosse. Le seigneur, son cocher et son attelage furent engloutis dans cet orifice qui se remplit immédiatement d’eau. Personne ne sait si l’enfant survécu ou non à l’accident.

Aujourd’hui, le Tiefe Pfuhl est à sec depuis la sécheresse de l’été 2003. Toutefois, il y règne encore une atmosphère particulièrement pesante.

31 octobre, 2012 à 10:37


Un commentaire pour “Le Tiefe Pfuhl de Woelfling”


  1. Fred ANDRE écrit:

    En Francique Rhénan de Woelfling les Sarreguemines le village se nomme « Wilwinge ». le Tiefe Pfuhl se dit « De diefe Puul ».
    Mon Grand-père Joseph Schallhammer, natif de Woelfling, racontait à ma mère, quand elle était petite, l’histoire du « Hudada », le chasseur sauvage.
    Probablement que dans ce village la transmission orale avait duré plus longtemps que dans d’autres communes.


Laisser un commentaire