Accueil Actualité Contempler des œuvres à lueur des torches

Contempler des œuvres à lueur des torches

2 min lues
1
0
9

Invité à fêter ses 30 ans au Centre Pompidou-Metz, le FRAC de Lorraine (Fonds Régional d’Art Contemporain) propose au public de découvrir à la lampe torche 250 photographies de 60 artistes de sa collection et de prolonger la découverte chez des particuliers.

Intitulée « Frac Forever », cette exposition expérimentale devrait surprendre par son impertinence. Installée dans la galerie 3 du 26 septembre 2012 au 28 février 2013, les œuvres seront en effet entièrement plongées dans l’obscurité. Afin d’en savoir plus sur ce qu’il aura vu ou non avec sa lampe torche, le public devra passer par la subjectivité des 30 « complices » du FRAC qui auront assisté au montage de l’exposition et qui voudront partager ce qu’ils ont vu. Ces derniers recevront à tour de rôle les visiteurs par groupe de quinze personnes, chaque dimanche, sur réservation. Ils les accueilleront chez eux, sur leur lieu de travail ou dans un endroit public, comme la gare SNCF. Libres à ces médiateurs d’un nouveau genre de raconter ce qu’ils veulent sur la collection du FRAC ou sur une œuvre en particulier, d’expliquer pourquoi ils aiment l’art contemporain et pour certains de présenter d’autres photographies de la collection.

Rappelons que le FRAC de Lorraine fait partie du réseau de partenaires du Centre Pompidou-Metz. Sa collection est la plus précise et la plus engagée des FRAC en France.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Un commentaire

  1. bloggerslorrainsengages

    30 septembre, 2012 à 12:01

    Le FRAC de Lorraine présente jusqu’au 25 février 2013 plus de 200 œuvres de sa collection photographique (sur 412) dans la galerie 3 du CPM, plongée dans l’obscurité pour la circonstance. Le visiteur reçoit une lampe torche pour parcourir les 1 000 mètres carrés de l’exposition. Il est ensuite invité à poursuivre son parcours un dimanche chez des Messins « complices ». A l’instar du principe de la photographie, l’idée est de révéler des images par la lumière, de donner envie au public de les regarder et de construire un rapport intimiste avec l’œuvre.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Aménagement de la zone de Micheville

La Communauté de Communes du Pays-Haut Val d’Alzette est actuellement en train d’aménager …