Accueil Agriculture Des quetsches de Lorraine

Des quetsches de Lorraine

4 min lues
0
0
52

Très présente en Lorraine, la quetsche se prête aussi bien à la consommation de bouche qu’à la transformation. Originaire de Macédoine, elle serait parvenue chez nous de manière naturelle au XVIIème siècle. Elle se plaît particulièrement dans les sols silico-argileux.

Des quetsches de Lorraine dans Agriculture quetsches

La quetsche est une prune allongée, de couleur bleu-violacé, recouverte de pruine, un petit voile blanchâtre qui n’est rien d’autre qu’une protection contre la chaleur. C’est un gage de fraîcheur qui n’est pas à confondre avec d’éventuels résidus de traitement. Sa chair au goût caractéristique est verdâtre à jaune, juteuse, charnue, sucrée et délicatement acidulée.

Le prunier est certainement l’arbre fruitier le plus ancien cultivé par l’homme. Les sélections ont été si nombreuses qu’à l’heure actuelle il n’existe plus de prunier sauvage, ancêtre commun à toutes les espèces. Celles-ci sont classées en deux types : les pruniers dits japonais et les pruniers européens. C’est à ces derniers que les quetsches appartiennent. La production d’un prunier est irrégulière et peut varier du simple au double d’une année à l’autre. On estime la production moyenne à 2 500 tonnes, avec des pics pouvant dépasser les 4 000 tonnes. Les récoltes se font à partir de la fin du mois d’août et on trouve des quetsches sur les étals jusqu’au mois d’octobre.

La quetsche est un fruit moyennement sucré (12 % en moyenne). Son apport calorique est de 50 kcals aux 100 g, soit environ trois fruits. Connue pour son effet bénéfique sur le transit, la quetsche est un fruit diurétique.

L’idéal est de consommer les quetsches quand elles sont à pleine maturité. Elles peuvent se conserver deux à trois jours à l’air ambiant et de six à dix jours au frais. Elles peuvent être congelées dénoyautées et placées le plus à plat possible dans des sacs pour ne pas qu’elles s’agglutinent entre elles.

Un simple rinçage sous l’eau suffit avant de les consommer. Lors de la préparation d’une tarte, disposer la face coupée du fruit vers le haut et éventuellement saupoudrer le fond du moule de poudre d’amande ou de gâteaux secs effrités pour absorber le surplus de liquide.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Agriculture

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Onirisme et exotisme du Château de Thorey-Lyautey

A l’ombre du campanile de la Basilique de Sion, sur la rive du Brénon, le petit village de…