Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Saint-Privat-la-Montagne : la vie après les combats

Sur le plateau qui couronne les côtes de Moselle, les horizons sont larges et les paysages champêtres. Pour descendre vers Metz, on traverse immanquablement la forêt et les replis des coteaux. La ville n’est pas loin, mais pourtant une frontière naturelle l’en distingue avec une certaine majesté. Là, sur cette montagne, au croisement des routes filant vers Metz et les anciens foyers industriels de Maizières et de Briey, à deux pas de l’autoroute A4, trône Saint-Privat.

Saint-Privat-la-Montagne : la vie après les combats dans Culture et patrimoine tableau-vieux-cimeti%C3%A8re-Saint-Privat-la-Montagne

Le Cimetière de Saint-Privat d’Alphonse de Neuville est exposé au Musée d’Orsay à Paris

La célèbre bataille de Gravelotte – Saint-Privat a scellé, le 18 août 1870, le sort de Metz et de ce qui allait devenir l’Alsace-Moselle. Une véritable hécatombe qui a fait plus de 6 000 morts en quelques heures. Avant de se replier vers Metz, les Français infligèrent de terribles pertes à l’armée prussienne. La garde impériale de Guillaume Ier fut décimée. Meurtri, ce dernier demanda à ce que les villages de la bataille soient annexés au Reich en lieu et place du Territoire de Belfort qui resta français.

Saint-Privat-la-Montagne regorge de lieux de mémoire, entre les imposants monuments aux morts allemands et l’émouvant cimetière, où se sont déroulés les derniers combats, désespérés, de la célèbre bataille. La scène fut d’ailleurs immortalisée par le peintre Alphonse de Neuville, dont la toile intitulée Le Cimetière de Saint-Privat, est conservée au Musée d’Orsay à Paris.

Le vieux cimetière donne aujourd’hui sur une placette conviviale et apaisée.

Depuis onze ans, la commune consacre un million d’euros par an pour améliorer son cadre de vie. Le presbytère et l’ancienne maison du berger ont été réhabilités en logements, l’ensemble scolaire et l’église ont été entièrement rénovés et presque tous les réseaux ont été enfuis. Le bourg, qui compte plus de 1 600 habitants, dispose d’un restaurant, d’un boulanger, d’un cabinet médical, d’un infirmier, d’une sage-femme, de deux coiffeurs, de carrosseries, d’un concessionnaire et d’un point de restauration rapide. Un nouveau quartier pavillonnaire a été construit. Il abrite neuf maisons adaptées aux séniors, des petites habitations Haute Qualité Environnementale (HQE) destinées à des revenus modestes et une cinquantaine de logements aidés répartis dans des petits immeubles. D’ici fin 2013, une quarantaine de nouveaux logements aidés, sous forme de petites maisons en locatifs, va être construite.

24 juin, 2012 à 14:37


Un commentaire pour “Saint-Privat-la-Montagne : la vie après les combats”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La commune de Saint-Privat-la-Montagne a dernièrement acquis auprès d’un collectionneur parisien un tableau rare du peintre français Paul-Alexandre Protais, célèbre pour avoir documenté la guerre de 1870. L’œuvre, intitulée Canrobert, à la bataille de Saint-Privat, sera installée dans la salle d’honneur de la mairie. Elle a représenté un investissement de 4 340 euros.

    A noter qu’à quelques mois de l’ouverture du nouveau Musée de la Guerre de 1870 à Gravelotte (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t10-nouveau-musee-de-gravelotte), Saint-Privat-la-Montagne s’apprête également à donner le nom de Canrobert à son école primaire.


Laisser un commentaire