Accueil Découverte Du basket de Waville

Du basket de Waville

0
0
555

Dans la vallée du Rupt-de-Mad et tout au fond du classement départemental, le club de Waville entretient la flamme du basket avec les moyens du bord, loin des paillettes et des étoiles de la NBA.

Du basket de Waville dans Découverte basket-Waville

Basket rime avec humilité et humidité à Waville (Crédits photo : cinq.over-blog.com)

Le terrain de basket communal se trouve près du chemin de fer. Pour y arriver, il faut suivre les panneaux « Vente de sapins » qui mènent au bout d’un sentier de terre discret qui fleure bon la campagne. Le terrain apparaît alors, tout comme le petit baraquement de briques qui fait office de vestiaire. C’est rustique, spartiate et sans douche. Des rangés de sièges ont été récupérés à l’église. Non loin de là, deux volets métalliques démontables servent de tableau d’affichage. Une cabine étroite permet de tenir la feuille de match, à l’abri. Un luxe auquel ni les joueurs ni les arbitres ne peuvent prétendre. Ces derniers autorisent exceptionnellement le port du jogging, du bonnet voire de gants. Car Waville est le seul club sans toit en Lorraine et peut-être en France. Depuis février 1955, date de création du club, les basketteurs jouent à même le goudron et par tous les temps.

C’est presque un sacerdoce de faire partie de la seule équipe de cette bourgade de 461 habitants, mais les gens y sont attachés. Les joueurs sont des jeunes du cru ou des alentours. Ils ne sont que dix, débutent pour certains et composent quasiment le comité de direction à eux seuls. Ils s’entraînent chaque vendredi en fonction de la météo. Ils mouillent le maillot dans tous les sens du terme et déblaient le terrain s’il neige ou le salent en cas de verglas. Curieusement, leurs adversaires viennent rarement au complet lors des matches d’hiver, à la fraîche. Il se trouve toujours une communion, un repas familial ou un empêchement suspect pour éviter ce déplacement pittoresque.

Le club de basket de Waville suscite néanmoins une réelle sympathie, jusqu’aux agriculteurs qui viennent jeter un œil curieux sur les gars du coin. Pour tout basketteur, Waville est une leçon d’humilité.

(Source : Le Républicain Lorrain)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Découverte

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Don ministériel aux Musées de la Cour d’Or de Metz ?

Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre français de la culture, envisage de léguer aux Musé…