Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Tradition des Saints de Glace

Selon des croyances européennes qui remontent au Haut Moyen-âge, les fameux Saints de Glace, Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais, fêtés les 11, 12 et 13 mai, sont censés apporter les toutes dernières gelées de l’hiver.

Tradition des Saints de Glace dans Culture et patrimoine Saints-de-Glace

Saint Mamert introduit la fête des Rogations à partir de 470, afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. A cette occasion, les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures durant ces jours critiques. Le patronage de ces saints ne se révélant pas toujours favorable, ils ont fini par incarner le retour du froid.

Le changement dans le calendrier date de 1960. L’Eglise catholique romaine a en effet décidé de remplacer les saints associés aux inquiétudes agricoles, que le Vatican assimilait à une réminiscence de paganisme, par d’autres saints qui n’avaient aucun lien avec ces croyances populaires, à savoir Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande.

Si le phénomène est difficilement vérifiable, beaucoup de jardiniers lorrains attendent ce dernier cap pour effectuer certains travaux.

15 mai, 2012 à 21:55


2 Commentaires pour “Tradition des Saints de Glace”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Saint Mamert le 11 mai, Saint Pancrace le 12 mai et Saint Servais (ou Gervais) le 13 mai, la tradition des Saints de Glace reste très présente dans nos contrées. Cette croyance qui mêle vies paysanne et religieuse remonte aux périodes troubles du Haut Moyen-âge, autour de l’an 500 de notre ère. A cette époque, Mamert, alors archevêque de Vienne, avait rétabli la fête des Rogations, dont le nom vient du latin « rogare », qui signifie demander, pour prévenir toutes sortes de calamités qui survenaient souvent dans le courant du mois de mai. De leur côté, les paysans espéraient avant tout une bonne récolte et que leurs cultures soient protégées. Cette fête religieuse durait trois jours pendant lesquels prières et jeûnes devaient mener à la célébration de l’Ascension. Les prières ne produisant pas leurs effets, la période de jeûne fût par la suite délaissée et les trois jours de Rogation devinrent simplement annonciateurs de froid. Les saints qui s’y réfèrent furent alors nommés Saints de Glaces. Les paysans évitaient de semer et de planter avant ces dates. Comme les gelées ne s’arrêtaient pas toujours le 13 mai, d’autres saints furent associés aux dictons. Par exemple, le 14 mai, « le bon Saint Boniface entre en brisant la glace ». De même, le 20 mai, « s’il gèle à la Saint Bernardin, adieu le vin ». Ou encore le 25 mai, « Mamert, Pancrace et Servais sont les trois Saints de Glace, mais Saint Urbain les tient dans sa main ».

    Selon les statistiques météorologiques, de fortes gelées sont en effet à craindre durant cette période une année sur dix et de faibles gelées une année sur trois. Il arrive aussi qu’il ne gèle pas. Les météorologistes ont essayé d’expliquer le phénomène par la présence d’anticyclones au mois de mai qui rendent le ciel plus dégagé. Faute de couverture nuageuse, la température chuterait alors souvent en fin de nuit. Les astrophysiciens avancent quant à eux que cette période coïncide avec une certaine position de la Terre dans son orbite autour du Soleil. Notre planète serait légèrement masquée des rayons solaires par un nuage cosmique très ténue qui ferait diminuer l’ensoleillement et l’énergie calorifique. Ce phénomène se déroulerait essentiellement les quinze premiers jours du mois de mai.

  2. Marchal écrit:

    Ainsi, Ste Estelle a détrôné St Mamert en 1960. Est-ce une sainte de glace ?


Laisser un commentaire