L’Arbre de Mai

2 min lues
1
0
756

Il s’agit d’un jeune arbre ou d’un rameau que les jeunes gens installaient contre le mur du domicile des jeunes filles à marier dans la nuit du 30 avril au 1er mai pour les honorer.

En remerciement, pour « arroser » leur mai, les filles offraient gâteaux et boissons.

Arbre de Mai

La fontaine était également ornée d’un jeune arbre pour, selon la tradition orale, s’assurer qu’elle coule toute l’année.

Un langage était autrefois associé à l’essence de l’arbre. Par exemple, le charme symbolisait une fille charmante, l’aulne une belle fille, l’hêtre un amour profond, le sapin une fille volage ou bêcheuse et le cerisier une fille facile. L’usage du hêtre se généralisa par la suite.

Cette nuit était également mise à profit pour se défouler et effectuer un charivari : vacarme sous les fenêtres des personnes grincheuses et déplacement des objets les plus divers (pots de fleur, volets, portique, banc, matériel agricole, pile de bois, etc.). A chacun le lendemain de récupérer son bien !

Enfin, la Hiérogamie (ou accouplement) du Prince et de la Belle de Mai constituait le point culminant des Fêtes du Printemps. Elle était gage de fécondité de l’Eté victorieux. L’Erection de l’Arbre de Mai et les diverses Danses des Rubans font de même partie des plus belles manifestations de nos folklores régionaux européens.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Culture et patrimoine

Un commentaire

  1. bloggerslorrainsengages

    19 juin, 2013 à 18:32

    Dans les siècles passés, cette frénésie de la célébration de l’énergie vitale donnait lieu, parmi les jeunes gens, à des rites champêtres et à des jeux propres à leur âge. Sous prétexte de cueillir l’aubépine, on les envoyait dans les bois et les prés où ils passaient la nuit en jeux amoureux. On appelait ça « Faire le Mai ». Il y avait également des rites de passages à l’âge adulte pour les adolescents. Les chrétiens, jugeant ces pratiques scandaleuses, tentèrent de les éradiquer en faisant du mois de Mai le mois Marie, obligeant ainsi à remplacer un hymne à la vie par une célébration de la virginité et de la chasteté.

    La tradition des « mais » est tenace et perdure dans certains villages du Toulois. Il s’agit pour les garçons de déposer dans la nuit qui précède le 1er mai une branche, qu’on appelle le « mai », devant les maisons où il y a des jeunes filles (à marier). Les veilles filles se voient quant à elle doter d’une branche épineuse. En retour, ils reçoivent une invitation à un bal, même si ce dernier n’a plus trop cours.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ballade historique à Saint-Julien-lès-Metz

Aujourd’hui, de nombreuses personnes ont déjà entendu parler de la zone de loisirs de Sain…