Accueil Opinion Sondage du maire de Metz : STOP ou encore ?

Sondage du maire de Metz : STOP ou encore ?

6
0
61

Nous souhaitons revenir sur le dernier sondage commandé par le maire de Metz qui avait fait polémique il y a quelques semaines. Officiellement, il s’agissait de connaître l’opinion de la population sur certains aspects généraux, comme la qualité de la vie à Metz. Par exemple, 60 % de l’échantillon des 602 Messins interrogés ont déclaré être « satisfaits des transports en commun », alors que la moyenne dans les autres villes de taille similaire se situe à 78 %. Ce qui justifie la restructuration du réseau, mais en aucun cas le choix du Mettis en lieu et place d’un tramway (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/25/mettis-de-lart-de-faire-le-bon-choix/).

Le choix des questions et la façon de les tourner posent bien évidemment problème dans un tel sondage. Les résultats peuvent ainsi être diamétralement opposés selon que les questions sont fermées et attendent une réponse binaire (oui ou non), si elles offrent plusieurs réponses classées selon une échelle de valeur ou si elles sont ouvertes et donnent aux personnes sondées la possibilité de développer leur argumentaire. Tout le monde sait que les instituts de sondage sont passés maitres dans l’art de faire dire tout et son contraire à une même population. Les questions peuvent être biaisées et orientées selon que l’on attend telle ou telle réponse pour justifier l’injustifiable et se couvrir d’une couverture populaire. Il n’est donc pas étonnant que l’entreprise sélectionnée pour effectuer l’exercice ait rendu une copie propre à son client : 72 % d’opinion favorable pour le maire.

Mais au final, seule la réalité du terrain compte. Ainsi, comment expliquer les résultats des dernières élections cantonales qui ont vu la défaite cuisante du maire de Metz. Certains avanceront que les Messins, qui chérissent leur maire, veulent le garder pour eux tous seuls. Ils l’auraient donc épargné d’un cumul de mandat. On peut vraiment faire dire n’importe quoi avec un tel outil.

Comme l’exercice devrait être renouvelé chaque année, il n’était pas bon de donner des mauvais chiffres au maire. Un jackpot de 15 000 euros est en effet à ramasser tous les ans. 

Ce premier sondage avait enfin et surtout une vertu, celle de redonner le moral au maire.

Circulez, il n’y a rien à voir, du moins, pas encore.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Opinion

6 Commentaires

  1. Lyonnais

    12 avril, 2012 à 15:11

    Personnellement,

    Après 37 ans de droite à Metz, un peu d’alternance ne faisait pas de mal.
    Oui les travaux, c’est chiant, oui augmenter les impôts, c’est pas « cool » mais quand je lis que les réseaux d’égouts n’étaient plus entretenu depuis une vingtaine d’années, de même pour le réseau d’éclairage de la ville, la non rénovation des équipements scolaires, et j’en passe, on se rend vite compte d’ou venez les économies qui ont permis de ne pas augmenter les impôts pendant les mandats de Rausch!

    La seul clairvoyance de Rausch a été le Centre Pompidou, et encore c’était pas gagné. A l’arrivé de Gros en 2007, tout était figé,le premier groupe de consultant avait jeté l’éponge, disant le projet « irréalisable », MJ Zimmerman réclamait même l’abandon du projet!
    Le nouveau maire a tenu bon, le projet s’est fait et maintenant tout se passe bien!
    De même pour le quartier de l’amphithéâtre! Quand on se rend compte que rien n’était signé à l’arrivé de Gros en 2007 (le projet a quand même était lancé en 1995!!!), je me dis que l’équipe en place n’est pas si mauvaise que ça!
    On peut citer également les nombreuses manifestations qui ont été mis en place ces dernières années et qui ont réellement permis de donner une image jeune et dynamique de la ville.

    Mais comme le messin/français aime râler, donc ça râle. Après, ce que je suis convaincu, c’est qu’une fois les travaux finis (Zac de l’Amphithéâtre bien lancé, Réseau Mettis en place, la SMAC, les places rénovés, les travaux du palais des congrès lancé,etc…), les messins seront agréablement surpris des résultats.

    Après, si les messins décident de remettre en place en 2014 les personnes qui ont failli tué la ville de Metz (En 2005, Metz était la belle endormie, pour dire!), c’est leur choix.

    La seul chose que je note, c’est que Metz bouge et que Metz avance, et ça, ça fait vraiment plaisir à voir!

  2. Luxokikouyou

    12 avril, 2012 à 20:22

    « Les questions peuvent être biaisées et orientées »

    Tiens donc. A comparaisons comparables comparons donc..

    Quel était le taux d’abstention chez les 620 sondés ?

    Quel était le taux d’abstention des Messins aux cantonnales ?

    Si l’éducation civique donnait à tous l’opportunité de saisir l’importance de l’expression des votes autant que des réponses aux sondages ludiques, de telles comparaisons auraient alors effectivement un sens.

    Chacun pourra toujours faire dire ce qu’il veut aux chiffres…

    Facile de remettre en cause le choix des questions, allez donc sonder la rue vous même et comparez des résultats comparables. Non ?

  3. Balthar

    12 avril, 2012 à 20:54

    Totalement d’accord avec vous Lyonnais :) )

    Malheureusement ici beaucoup aime le moyen age a priori…

  4. bloggerslorrainsengages

    13 avril, 2012 à 21:07

    Nous n’avons cependant jamais dit que la municipalité Rausch relevait le niveau à l’époque …

  5. Janfan

    16 avril, 2012 à 18:42

    Le maire actuel abat ses cartes, unes à unes, progressivement et le résultat est ma foie tout-à-fait honorable ;
    quand on écoute les débats du conseil municipal (disponibles en ligne sur le site de la mairie de Metz) on se demande QUI sera en face de D Gros en 2014 ; la teneur des propos, le conservatisme des « opposants » à l’actuelle majorité font craindre à un retour à « La belle endormie », ce qui fait froid dans le dos ; en tout cas, aucun d’entre eux ne me semblent avoir l’étoffe d’un futur maire… Mais vous me direz, attendons les projets ; chaque chose en son temps…

    En attendant, il faudrait qu’ils nous proposent autre chose… Peut-être devraient-ils également eux-mêmes se réécouter comme chaque citoyen peut désormais le faire et en tirer rapidement les enseignements…

  6. bloggerslorrainsengages

    16 avril, 2012 à 18:58

    En effet, il abat ses cartes comme il a abattu le stade Saint-Symphorien par idéologie. Mais de cela, nous en reparlerons un peu plus tard sur ce site. De même, le choix du Mettis, dont les travaux devraient se terminer avant les prochaines élections (contrairement à un tramway par exemple), constitue un autre exemple d’une gestion court-termiste individuelle et non d’une stratégie à long-terme au service de l’intérêt général. Là où vous avez raison, à notre humble avis, c’est qu’en face il n’y a rien de valable non plus. Par conséquent, il nous faut à tous trouver quelqu’un d’autre.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les Enfants du Charbon de retour

Après une année d’interruption pour cause de distorsions internes et de soucis financiers,…