Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Nouvelle capitainerie au port de plaisance de Metz

A l’ombre d’un séquoia séculaire, la nouvelle capitainerie du port de plaisance de Metz a fière allure avec son bardage bleu et blanc et ses fenêtres à petits carreaux qui offrent une vue imprenable sur le plan d’eau. Restitué par l’armée à la Ville en 2007, l’ancien Cercle de garnison s’est depuis mué en capitainerie. Cette dernière constitue un atout supplémentaire pour le port et ses plaisanciers.

Le pôle nautique et son port de plaisance, qui arbore fièrement l’écolabel européen Pavillon bleu, ont bénéficié d’un programme global de réaménagement.  

Avec ses nouveaux pontons et sa capitainerie flambant neuve, le port de plaisance de Metz a vu ses capacités d’accueil augmenter et améliorer. La structure constitue un élément indispensable de la politique touristique (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/06/22/faire-de-metz-une-commune-touristique/) de la cité aux 3 000 ans d’Histoire en direction des régions frontalières et de l’Europe du Nord, où le tourisme fluvial est omniprésent (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/02/la-lorraine-plaque-tournante-du-tourisme-fluvial-francais/).

A noter enfin qu’en 2011, 4 522 nuitées ont été enregistrées au port (+ 58,95 % par rapport à 2010) et 850 bateaux comptabilisés, dont 354 battant pavillon allemand, 185 hollandais, 49 belge, 49 danois, 29 luxembourgeois, 4 américain et 8 australien.

6 avril, 2012 à 23:06


Un commentaire pour “Nouvelle capitainerie au port de plaisance de Metz”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    La capitainerie du port de plaisance de Metz a été construite en 1861 pour l’Exposition Universelle (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/06/06/l%E2%80%99exposition-universelle-de-metz/).

    Metz a en effet accueilli la cinquième Exposition Universelle, après Londres en 1851, New York en 1853, Paris en 1855 et Besançon en 1860. Celle-ci, qui était dédiée à l’agriculture, à l’industrie et aux Beaux-arts, fut parrainée par l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III. L’évènement se déroula principalement sur l’Esplanade et sur l’actuelle Place de la République. Pour cette occasion, de nombreux pavillons furent construits. Le plus spectaculaire était celui de l’horticulture, que l’on retrouve aujourd’hui au Jardin Botanique. La capitainerie en est un autre. Il s’agit de l’ancien cercle nautique de garnison. Depuis, cette petite bâtisse à colombages de deux étages est bien ancrée dans le paysage du port de plaisance de Metz le long des quais.

    A l’époque, la capitainerie faisait partie d’un ensemble de deux pavillons. Le plus petit a accueilli les machines. Il se situait à l’arrière du club d’aviron et n’existe plus actuellement. L’autre, plus grand, était consacré aux fêtes musicales. L’exposition fut le théâtre de nombreuses animations nautiques. En contrebas de l’Esplanade, les visiteurs pouvaient assister à des régates tout comme à des courses de voile et d’aviron. Des feux d’artifice y étaient tirés lors des bals.

    Comme tous les bâtiments de cette époque construits sur les quais de la Moselle et hors des fortifications de la ville, la capitainerie avait la particularité d’être démontable en cas de conflits armés. Cette norme fut valable jusqu’en 1898. Les Allemands, qui occupaient alors la ville depuis près de 30 ans, jugèrent les remparts désuets et déclassèrent les bâtiments existants. Dès lors, il devînt possible d’élever des structures définitives le long des quais. C’est d’ailleurs à cette époque que fut édifiée la Maison de la navigation.


Laisser un commentaire