Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Vallée de la Saulx : un crime de guerre impuni

Le 29 août 1944, vers 15 heures, les Allemands ont rassemblé 49 hommes sur la voie de chemin de fer à Robert-Espagne. Trois mitrailleuses mises en batterie leur ont tiré dessus, puis les soldats ont achevé les blessés. Ce jour-là, deux autres hommes et une jeune fille tombèrent également sous les balles ailleurs dans le village.

Robert Espagne

Robert-Espagne, cimetière des fusillés, monument avec croix calcinée (Crédits photo : Havang)

Selon une enquête de gendarmerie menée en avril 1945, une vingtaine d’hommes est arrivée dans le village vers 10h30. Le procès-verbal rapporte qu’après l’explosion du bureau de poste, « des groupes de soldats entrèrent dans chaque maison, surexcités, en se faisant servir du vin qu’ils buvaient à la bouteille ». Ils ordonnèrent aux hommes du village de se rendre place de la Gare, soi-disant pour y construire une tranchée.

Après ce massacre sans raison, les Allemands ont mis le feu aux maisons. Le village a été détruit à 95 %. Sa reconstruction n’a débuté que dans les années 1950. De cette journée terrible, il ne reste aujourd’hui que deux poutres calcinées, posées en croix à l’entrée du village. Le seul souvenir d’un crime de guerre demeuré impuni.

Les massacres de la vallée de la Saulx, près de Bar-le-Duc, ont touché quatre villages : Robert-Espagne, Couvonges, Beurey-sur-Saulx et Mognéville. Robert-Espagne a connu le bilan le plus lourd avec 52 victimes au total, sur les 86 recensées ce 29 août 1944. A chaque fois, des pillages ont eu lieu et des maisons ont été incendiées.

Chaque année, quatre cérémonies de commémoration distinctes sont organisées dans les quatre communes. Un monument unique devait être érigé entre Robert-Espagne et Beurey-sur-Saulx. La première pierre en avait même été posée par le général de Gaulle, lors de sa visite le 28 juillet 1946. Mais le monument n’a finalement jamais vu le jour.

Yves Entenich a réalisé un documentaire intitulé Un crime de guerre pour la télévision sur ces atrocités. D’après lui, une telle barbarie est l’œuvre de « fanatiques », des militaires de la Wehrmacht très entraînés. Ils avaient voulu recruter des unités dans la région de Bar-le-Duc, mais ceux-ci refusaient. Son travail l’a amené à privilégier le témoignage à l’analyse, pour proposer un film « humain ».

Les massacres de la vallée de la Saulx sont moins connus que d’autres, comme celui d’Oradour-sur-Glane par exemple, car les villages incendiés ont été reconstruits.

21 mars, 2012 à 22:48


Un commentaire pour “Vallée de la Saulx : un crime de guerre impuni”


  1. Jean-Pierre Fraiche écrit:

    Bonjour, je me nomme Jean-Pierre Fraiche, mon père Pierre faisait partie des 49 fusillés sur les rails de la petite gare de Robert-Espagne (il y avait deux gares au village.). Première rectification, effectivement deux autres victimes de la barbarie allemande ont été assassinées dans le village, mais pas de jeune fille. Par contre, une jeune fille a été massacrée sans raison à Trémont-sur-Saulx, puis un autre qui était dans un abri avec ses parents à Beurey-sur-Saulx. 2e rectification, ce sont 200 maisons sur 300 qui ont été incendiées et non 95% du village. 3e rectification, ce sont cinq villages de la vallée de la Saulx que les Allemands ont martyrisés, vous oubliez Trémont-sur-Saulx et sa petite victime. Au total, ce sont 88 victimes qui ont payé de leur vie cette folie meurtrière, la vallée de la Saulx prend par ce fait la 5e place des villages martyrs, après Oradour-sur-Glane 642 victimes, St.Claude 186, Maillé 124, et Tulle 99. Vous voudrez bien m’excuser de vous signaler ces trois erreurs, mais pour l’Histoire je trouve que c’était important de le dire. Merci pour votre travail de mémoire ! Bien cordialement.


Laisser un commentaire