Accueil Culture et patrimoine De l’orgue et des trésors de Contz-les-Bains

De l’orgue et des trésors de Contz-les-Bains

4 min lues
0
0
324

Classé parmi les plus beaux d’Europe, l’orgue de Contz-les-Bains, au cœur du Pays des Trois Frontières est un chef-d’œuvre.

Le village lui-même a son écrin situé aux confins du Luxembourg et de l’Allemagne. Niché à l’ombre du Stromberg, il fait face au majestueux château de Sierck-les-Bains. Surplombant la Moselle, il se fond dans un paysage de vignobles à couper le souffle. De cette carte postale bucolique, une musique résonne, celle de l’orgue en chêne massif de l’église du village. Un véritable bijou. Les notes blanches sont en ivoire, les noires en ébène. Les registres qui portent les noms des différents instruments sont recouverts de porcelaine. Le chef-d’œuvre comporte 1810 tuyaux. Tout est d’origine. L’impressionnante machine date de 1898. Son bois a dû être séché pendant 30 à 40 ans avant d’être utilisé. Puis, trois ans ont été nécessaires à Franz Staudt, facteur d’orgue reconnu, dans son atelier à Puttelange-aux-Lacs, pour construire l’instrument.

De l’orgue et des trésors de Contz-les-Bains dans Culture et patrimoine orgue-Contz-les-Bains

L’orgue de Contz-les-Bains (Crédits photo : Laurent M. Schmit)

A la sortie de l’église et plus bas dans le village, se trouve un bien curieux édifice au milieu du cimetière. Il s’agit en fait de l’ancienne église du XVème siècle amputée de sa nef et qui ne conserve aujourd’hui plus que le chœur et l’avant-chœur, fermé, pour former une chapelle. Au XIXème, elle ne suffisait plus à accueillir tous les paroissiens. Contz constituait en effet un point de passage important sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les anciens racontent en outre que l’église était construite de travers. C’est pourquoi les habitants ont préféré en détruire une partie pour en reconstruire une neuve. Dans l’ancienne église, les couleurs d’époque sont restées sur les murs, bleu ciel en haut et ocre en bas.

Enfin, pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Français ont fait sauter le pont pour empêcher les Allemands de traverser la Moselle. Malheureusement, ils ont en même temps pulvérisé le bâtiment des eaux thermales. Si bien qu’aujourd’hui, il ne reste plus que les trappes pour accéder aux trois sources différentes, Sainte-Fernande, qui était commercialisée en bouteille, Saint-Clément, et Saint-Jérôme, très salée. Le Pays des Trois-Frontières est aussi celui des trois sources qui coulent à quelques mètres les unes des autres au pied du Stromberg.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Culture et patrimoine

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pour la création d’un Musée de l’Orgue en Moselle

Il existe une très grande tradition de facteurs d’orgues en Moselle. En effet, avec 650 in…