Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Un jardin sur les crêtes vosgiennes

Perché à 700 mètres d’altitude entre Le Tholy et Granges-sur-Vologne, le Jardin de Berchigranges, dans les Vosges, est l’œuvre de Monique et Thierry Dronet, ses propriétaires. Le couple a mis des années à charrier la roche, à coucher les épicéas, à reconfigurer le terrain et à domestiquer les cours d’eau. A tel point que le site de sept hectares, dont deux sont ouverts à la visite, est devenu méconnaissable. Mais cela ne s’arrête jamais.

Un jardin sur les crêtes vosgiennes dans Culture et patrimoine Jardin-de-Berchigranges

Le fabuleux Jardin de Berchigranges dans les Vosges cristallines lorraines (Crédits photo : http://www.berchigranges.com)

En effet, un nouvel espace a dernièrement été inauguré. Il fait la part belle à la pluie. Rien de plus normal pour un endroit communément appelé le « château d’eau de la Lorraine ». Un jardin de pluie, ou plus exactement, les premiers mètres de ce qui est appelé à devenir l’un des atouts de Berchigranges. Mais surtout l’occasion de réhabiliter la pluie, car dans notre culture romane, elle n’est pas à la fête. Contrairement à certains pays comme l’Irlande ou même le Japon qui en font un argument de vente, la pluie constitue chez nous un repoussoir. Pourtant, elle modifie considérablement notre perception d’un lieu. Sur certains feuillages, les gouttelettes ont par exemple l’éclat de perles.

Le nouveau jardin décline une balade poétique au milieu des aralias, des acers ou encore des hydrangeas et des fougères. Un kiosque, posé au pied d’une cascade, offre un abri et un poste d’observation idéal. Il semble toujours avoir été là. Tout comme le pont de pierre qui surplombe le ruisseau. Une bordée de saules fait le trait d’union avec la grande prairie fleurie qui est aussi une nouveauté 2011.

Le jardin de pluie de Berchigranges est une illustration de la nouvelle tendance de jardins plus respectueux de la biodiversité. Les herbes hautes se balancent dans le vent qui balaie l’ombre des nuages. La prolifération d’insectes butineurs atteste de la réussite de l’entreprise. Dans ce vallon entièrement redessiné à coup de bull, la nature reprend ses droits et impose la règle de la concurrence entre les espèces.

22 février, 2012 à 20:24


Laisser un commentaire