Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Le Jardin de Haye

A peine estampillé « EcoQuartier » par le ministère français de l’écologie par un label qui n’existe pas encore, le plateau de Haye se dote déjà d’un parc aussi spacieux que la Pépinière et à usage partagé. Cela dit, les 10 hectares plantés sur les anciennes carrières Solvay ne veulent pas rivaliser avec l’illustre parc nancéien mais simplement se positionner comme le second plus grand espace vert de l’agglomération, bordé de prairies, de potagers et d’une forêt centrale.

Le Jardin de Haye dans Environnement plateau-de-Haye

Image de synthèse du plateau de Haye (Crédits photo : CUGN)

31 décembre, 2011 à 0:25


2 Commentaires pour “Le Jardin de Haye”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Après Metz, Nancy et Belval, qui avaient été lauréats en 2009 (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/07/les-villes-de-lorraine-misent-sur-le-developpement-durable/), la Lorraine s’est une nouvelle fois distinguée grâce au Plateau de Haye qui partage le Grand Prix National du concours Eco-Quartier 2011 avec le projet porté par les villes de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos.

    A cheval sur les communes de Nancy, Maxéville et Laxou, le Plateau de Haye représente un espace urbain de 440 hectares, fréquenté par près de 14 600 habitants. Sorti de terre à la fin des années 1950, il fait l’objet d’une stratégie urbaine depuis 2004 dans le cadre d’un renouvellement solidaire et durable. L’idée consiste à reconquérir et intégrer le Plateau à l’agglomération nancéienne, afin d’améliorer les conditions de vie des habitants, avec des commerces de proximité, un renforcement de l’activité du Pôle médical de Gentilly, la création d’une ligne de transport en commun en site propre et des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

    Le projet lorrain était en concurrence avec 394 dossiers.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Comme des dominos, les tours laissent tomber une à une tout ou partie de leurs murs. Après l’amputation de plusieurs dizaines de mètres du Cèdre Bleu, les pelleteuses s’attaquent au Blanc Cycomore. Un chantier qui se veut être un modèle de déconstruction puisque 85 % des matériaux sont recyclés.

    La rénovation du Haut-du-Lièvre a commencé en 2005 par la démolition du Marronnier Rouge. Au total, 1 200 logements sociaux ont été démolis. L’architecture d’ensemble a été remodelée pour devenir moins dense.

    De la ville à la forêt Haye, il n’y a qu’un pas. Mais il prend ici l’allure d’une frontière avec l’immense Avenue Pinchard qui coupe le quartier en deux. Côté ville, des immeubles hauts. De l’autre, des pavillons et des immeubles bas, qui n’excèdent pas trois étages. Deux mondes opposés, mais qui ne sont pas si éloignés que cela en réalité. Dès les années 1960, les deux types de logements ont coexisté. Avec les récentes démolitions, beaucoup d’habitants des grands ensembles sont venus s’installer dans les nouvelles constructions des anciennes carrières Solvay.

    Fin 2013, le bus sera en site propre (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t502-des-trolleybus-en-site-propre-a-nancy), les cheminements piétons seront plus larges et des arbres borderont cette avenue qui ne sera plus une frontière mais une passerelle. Les écoles sont restées où elles étaient mais la Poste, le marché et les nouveaux commerces sont allés de l’autre côté pour inviter les gens à se déplacer entre les deux parties du quartier. L’avenue qui délimitait le plateau doit devenir celle qui l’irrigue.


Laisser un commentaire