Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Le vieux château de Longwy sort de terre et de l’oubli

Situé entre Longwy-Haut et Longwy-Bas, le site du vieux château de Longwy constitue aujourd’hui un poumon vert au cœur de la ville. Niché au milieu de vergers et d’un arboretum, son sol porte en lui l’héritage médiéval de la cité des émaux.

chteaudelongwy.bmp

Les origines de la ville de Longwy remontent au VIème siècle après Jésus-Christ. La tradition orale nous apprend que le site aurait été occupé dès le Haut Moyen-âge à une époque voisine de l’implantation du prieuré Saint-Martin. Clotaire, fils de Clovis, roi d’Austrasie, ayant marié Blitilde sa fille à Anselbert, marquis d’Anvers, créa une seigneurie entre Metz et Trèves, à laquelle il donna le titre de comté Mosellan parce qu’elle se situait sur les rives de la Moselle. Anselbert fit construire les fondations du château de Loncastre avec les débris d’un camp romain nommé Tiltelberg, lui-même ancien oppidum celtique, sur un promontoire rocheux en partie boisé. Celui-ci fut occupé jusque vers l’an 400. C’est dans ce château, progressivement agrandi, que se sont groupés les premiers habitants de Longwy. Les fortifications et les bâtiments qui composaient cette ville ont ainsi évolués plus de huit siècles durant.

A l’époque médiévale, le château était composé de 3 parties. Tout d’abord le donjon, qui comprenait 5 tours reliées par des courtines, 2 portes avec fossé et pont-levis, un palais seigneurial, un puits et des écuries. Ensuite le bourg, qui servait de refuge à l’abbaye d’Orval et au prieuré de Mont-Saint-Martin. Il s’y trouvait également un couvent, un puits, une place d’armes, un four à chaux et l’église Saint-Dagobert. Enfin le marché, avec 36 maisons, des puits, un moulin à vent, une halle et 3 portes d’accès au château. L’ensemble de la fortification castrale s’étendait  sur une longueur de 450 mètres, d’où ses anciens noms de Loncastre, Longus-vicus, Lonvic et enfin Longwy.

La ville de Longwy-Haut était enceinte de puissantes murailles jalonnées d’un ensemble de 36 tours, poternes et boulevards. Longwy-Bas a quant à lui était créé sur les berges de la Chiers au XIIIème siècle sous le nom de Neufville

Construit et reconstruit au fur et à mesure des destinées militaires qui virent la ville passée successivement entre les mains du Luxembourg, du Barrois et de la Lorraine, le château était considéré au XVIème siècle comme la troisième forteresse la plus importante du Duc de Lorraine. Une garnison l’occupait en temps de guerre, comme pendant la guerre de Trente ans et le fameux siège de 1636.

Après le nouveau siège de 1670 par les Français, Louis XIV souhaita alors élever une nouvelle ville haute et ordonna de raser entièrement la forteresse, ce qui fut fait à hauteur des élévations. Toutefois, de nombreuses fondations ne furent pas détruites puisque durant la campagne de fouilles de 1955-1957 les Amis du Vieux Longwy mirent au jour une première tour, aujourd’hui identifiée comme étant la tour de la chapelle. 35 ans plus tard, l’association Castelvicus, qui a repris le flambeau, retrouva la tour de la prison à 30 mètres de la première, ainsi que la muraille joignant les deux ouvrages.

Ces deux tours dégagées et en partie reconstruites présentent des épaisseurs de murs de près de 2,50 mètres. Elles devaient dépasser les 25 mètres de haut. La tour de la chapelle comprend encore un escalier à vis, aujourd’hui effondré et interdit au public, qui débouchait sur une poterne en partie basse. La rue actuelle du Vieux Château reprend quant à elle le tracé de l’ancien fossé qui séparait le donjon du marché.

On estime que sous le promontoire actuel, les fondations de l’enceinte du bourg et du donjon résident encore sous les remblais de terre même si la majorité des pierres du château a servi à construire les remparts de Vauban à partir de 1679, aujourd’hui inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Le vieux-château de Longwy présente donc un potentiel archéologique incontournable.

Par ailleurs, sur la partie la plus élevée du site, à l’emplacement du donjon médiéval et d’une redoute datant du XVIIIème siècle, un système casematé du type Serré de Rivières fut édifié en 1884. On y accède par un passage voûté en partie effondré suite au bombardement de la ville au mois d’août 1914. On y distingue encore une citerne maçonnée avec soin qui alimentait en eau les défenseurs. Celle-ci est régulièrement remplie en abondance, même en période de canicule. En sortant de ce passage voûté, le visiteur peut distinguer 4 hauts talus de terre ou « merlons », sur lesquels étaient positionnés avant la Première Guerre Mondiale 4 canons de 90 mm pointés en direction du plateau de Mexy.

Pour conclure cet exposé, nous pouvons que saluer le travail entrepris par une poignée de bénévoles qui ont décidé de créer une association pour faire connaître et mettre en valeur ce site ignoré.

23 novembre, 2011 à 23:32


3 Commentaires pour “Le vieux château de Longwy sort de terre et de l’oubli”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    En retrait par rapport à l’effet Vauban, le Vieux château de Longwy vaut à lui seul une visite. Les travaux de dégagement du site sont remarquables. Ils permettent aussi bien de le sauvegarder que de le mettre en valeur. Avec des murs consolidés, des chemins de ronde intérieure reconstitués, les lieux sont embellis.

    La partie haute du site offre une belle perspective dégagée pratiquement à 360°. Le panorama s’étend sur toute la vallée de la Chiers, à 375 mètres d’altitude. Les arbres et les buissons gênants ont été enlevés avec soin et rien n’a été perdu au passage. Les copeaux de bois ont été réutilisés pour le chauffage et pour tracer les chemins de ronde du château. Les typographies et les volumétries montrent que le château médiéval gardait toute la vallée.

    La ville de Longwy-Haut, Longwy-Bas a été créé sur les berges de la Chiers plus tard au XIIIème siècle sous le nom de Neufville, était enceinte de puissantes murailles jalonnées d’un ensemble de 36 tours, poternes et boulevards. Construite et reconstruite au fur et à mesure des destinées militaires qui virent la ville passer successivement entre les mains du Luxembourg, du Barrois et de la Lorraine, la forteresse était considéré au XVIème siècle comme la troisième plus importante du Duc de Lorraine.

    S’il n’en reste plus grand-chose, c’est à cause du démantèlement ordonné par Louis XIV. Même si la majorité des pierres du château servit à construire la place forte dessinée par Vauban à partir de 1679, les spécialistes s’accordent à dire que les fondations de l’enceinte du bourg et du donjon résident encore sous les remblais de terre. La Tour de la Chapelle, la Tour de la Prison, ainsi que la muraille joignant les deux ouvrages ont par exemple étaient dégagées et en partie reconstruites. Elles présentent des épaisseurs de murs de près de 2,50 mètres et devaient dépasser les 25 mètres de haut. Un drapeau médiéval aux couleurs rouge et or a été hissé sur la Tour de la Chapelle. Des armoiries reconstituées devraient prochainement être installées.

    La Ville de Longwy entend ouvrir le site toute l’année. Les accès sont désormais sécurisés. Des grilles ont été apposées. Il reste les éclairages à installer de façon à promouvoir le Vieux château. En passant par les jardins ouvriers qui subsistent, une promenade permet de découvrir le site en une heure et demie.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Après l’installation de nichoirs, de mangeoires et de refuges à insectes pour valoriser la biodiversité et l’écosystème sur le site du Vieux-Château à Longwy, des jardins médiévaux sont actuellement en cours de création. Le travail consiste à aménager des jardinets carrés en les entourant d’osier et en installant des structures hautes et décoratives avec de l’osier frais. Une méthode utilisée au moyen âge. Des écoliers agrémenteront de fruits, de légumes et d’herbes médiévales certains des carrés au printemps. Un potager, une aire de compost et une mare pédagogique complèteront ce projet de jardin éducatif, partagé et écologique.

  3. Nature écrit:

    Le vieux chateau était un site magnifique de biodiversité, c’était un ilot de verdure presque sauvage au milieu de Longwy. Une petite forêt qui ne masquait en rien les ruines et les fondations soi disant mieux visible aujourd’hui. Ce petit bois a malheureusement disparu et il est maintenant nécessaire de défricher chaque année cette colline dénudée qui ressemble plus à un champ de bataille et où la faune ne peut plus s’y abriter.
    L’homme est le plus fort… Toujours !


Laisser un commentaire