Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Une centrale cycle combiné gaz à Blénod

La Centrale Cycle Combiné Gaz (CCG) de 400 MW de Blénod-lès-Pont-à-Mousson sera mise en exploitation en automne (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/09/09/350-millions-deuros-investis-a-la-centrale-de-blenod/). Ce sera la première de ce type de technologie construit par EDF en France. Elle a été bâtie juste à côté d’un site d’exploitation composé de trois groupes au charbon vieux de 40 ans, encore en bon état mais qui sont s’arrêteront en 2015. La nouvelle centrale représente un investissement de près de 350 millions d’euros.

Rappelons que la technologie du cycle combiné gaz offre des rendements de 57 % alors que ceux au charbon atteignent à peine 35 %. Par ailleurs, elle émet deux fois moins de dioxyde de carbone et est très souple d’utilisation.

A noter enfin que la nouvelle centrale emploiera seulement une quarantaine de personnes en raison de la forte automatisation de l’installation.

25 septembre, 2011 à 22:08


3 Commentaires pour “Une centrale cycle combiné gaz à Blénod”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Opérationnelle depuis octobre 2011, la toute première tranche à cycle combiné gaz (CGC) d’EDF en France, située à Blénod-lès-Pont-à-Mousson, a dernièrement été inaugurée. L’opérateur a investi 350 millions d’euros sur un chantier qui a duré 3 ans et mobilisé 600 personnes. Le groupe CCG emploie 43 personnes, dont 6 embauches nettes, les autres recrues sont des transferts et de la mobilité interne.

    A noter que deux autres tranches CCG de 400 MW existent en Lorraine. Elles ont été mises en service en 2011 à la centrale Emile Huchet, à Carling Saint-Avold. Un projet similaire, du groupe Direct Energie, est en cours à Hambach, malgré des tracasseries administratives.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    La tranche n°2 de la centrale thermique EDF, à Blénod-lès-Pont-à-Mousson, a dernièrement été arrêtée après 47 ans de fonctionnement. Ce groupe de 250 MW avait démarré en 1966. Cet arrêt s’inscrit dans la stratégie industrielle d’EDF qui vise à faire évoluer le parc thermique à flamme, afin de répondre aux dernières exigences environnementales européennes (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/04/27/un-autre-embleme-seteint/). Les deux autres tranches au charbon de Blénod, de 250 MW chacune, seront également arrêtées en 2014. Quatre autres tranches au charbon seront stoppées en Lorraine d’ici 2015 : deux à La Maxe (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/01/investissement-dedf-a-la-maxe/) et deux autres à la centrale d’Emile Huchet à Saint-Avold (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/06/18/215-emplois-supprimes-a-la-centrale-emile-huchet/).

    30 personnes sont touchées par l’arrêt à Blénod. Cinq devraient partir à la retraite et 25 devraient être mutées dans le cadre de mesures de mobilité. Le site continuera à employer 115 salariés. Ce nombre devrait toutefois diminuer au fur et à mesure de l’arrêt définitif des tranches 3 et 4. Des agents resteront sur place pour assurer la surveillance des installations jusqu’à leur démantèlement qui sera réalisé par une équipe spécialisée d’EDF.

    La pérennité de Blénod est néanmoins assurée depuis la mise en service en octobre 2011 d’une centrale à cycle combiné gaz (CCG) de 438 MW après un investissement de 350 millions d’euros. Cette technologie offre de meilleurs rendements, jusqu’à 57 %, contre moins de 35 % pour le charbon. Le CCG, où 40 personnes sont employées, est un moyen de production très flexible, capable de répondre aux fluctuations des besoins en électricité en moins d’une heure.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La centrale au charbon d’EDF de Blénod-lès-Pont-à-Mousson a dernièrement cessé définitivement de fonctionner, un demi-siècle après sa mise en service. La tranche 3 a été découplée dans le cadre d’un processus d’interruption progressif des installations, dix-neuf ans après la tranche 1, onze mois après la 2 et deux semaines après la 4.

    Le découplage de la turbine du réseau électrique était la dernière des trois étapes obligatoires pour interrompre le centre de production thermique, après la coupure du feu pour stopper l’alimentation de la chaudière en combustible et l’arrêt de l’alimentation en vapeur de la turbine.

    La fermeture de la centrale de Blénod s’inscrit dans le cadre du programme de modernisation du parc thermique à flamme d’EDF qui prévoit également la suppression de l’unité de La Maxe en 2015. Des actions de mise en sécurité seront menées jusque cet été, afin d’éliminer les points chauds, de déconnecter les armoires électriques et d’évacuer l’hydrogène des circuits de refroidissement. Le redéploiement de la centaine d’agents restants s’achèvera en parallèle. Viendra ensuite le temps de la déconstruction de la centrale qui devrait durer une dizaine d’années.


Laisser un commentaire