Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

ArcelorMittal investit vingt millions d’euros à Florange

Après l’annonce scandaleuse de l’arrêt du second haut-fourneau du site de Hayange-Florange et de l’ensemble de la filière liquide chaude lorraine, ArcelorMittal a dernièrement décidé d’investir plus de vingt millions d’euros dans l’usine à froid pour aménager une chaîne de production d’Usibor, un acier allégé destiné à l’automobile.

Il s’agit concrètement d’aménager une chaîne de production avec un creuset et une ligne de galvanisation, afin d’y permettre la production de cet acier haut de gamme en grande largeur. Le secret de fabrication d’Usibor a été élaboré chez ArcelorResearch, à Maizières-lès-Metz. Le produit a été spécialement conçu pour se prêter à l’emboutissage à chaud et au refroidissement rapide. Ce procédé permet de développer des aciers très solides offrant des performances exceptionnelles en termes de formage, de raccord et de résistance à la corrosion. Associé à d’autres aciers ou métaux, il permet de concevoir des pièces de structures pour l’automobile.

La demande pour cet acier d’avant-garde est en forte hausse, notamment grâce à l’Allemand Volskwagen. Les usines du groupe de Mouzon, dans les Ardennes, et de Dudelange, au Luxembourg, approvisionnées par Florange ne suffisent plus à répondre à ce marché estimé à 300 000 voire 400 000 tonnes en 2012. C’est pourquoi ArcelorMittal investit à Florange, avec une ligne grande largeur réclamée par les constructeurs automobiles.

Cette décision représente un argument de plus pour rétablir la filière liquide chaude en Lorraine, dans la mesure où Usibor a besoin des aciers de Florange dont les caractéristiques métallurgiques correspondent parfaitement à ce qu’on sait faire ici.

Une bonne raison pour rallumer nos hauts-fourneaux, car le potentiel de cet acier à haute valeur ajoutée serait de 800 000 tonnes d’ici 2015. Sa montée en puissance pourrait donc servir les intérêts de Florange et de la Lorraine.

20 septembre, 2011 à 21:56


Laisser un commentaire