Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Le site de Nompatelize reconvertit par Faurecia

L’équipementier a dernièrement présenté un programme visant à pérenniser son site de Nompatelize, dans les Vosges.

Rappelons que ce site, qui emploie 270 salariés, est spécialisé dans les armatures de sièges pour les groupes automobiles BMW, PSA Peugeot Citroën et Renault. Mais, faute d’avoir été retenu dans le cadre de nouveaux modèles de ces constructeurs, il voit régulièrement sa charge de travail diminuer. La majorité des programmes arrivera en effet à échéance en 2013. C’est pourquoi le groupe a décidé d’anticiper et de trouver des solutions susceptibles de pérenniser l’activité industrielle et de maintenir un maximum d’emplois dans les Vosges.

Deux projets ont ainsi été présentés aux représentants du personnel. Le premier émane de la société Lumeneo. Cette jeune entreprise innovante prévoit la fabrication en petite série de véhicules ultra-compacts à moteur électrique. Ces voitures en alu à châssis composite ont une capacité de 2 ou 4 places. Les investissements nécessaires seront cofinancés par le groupe Faurecia et la société Lumeneo.

Le deuxième projet, encore en cours d’analyse, vise à confier au site vosgien la sous-traitance de composants et de sous-ensembles en métal pour les petites séries notamment.

9 septembre, 2011 à 23:22


2 Commentaires pour “Le site de Nompatelize reconvertit par Faurecia”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Près de 90 % des 270 salariés de l’usine Faurecia de Nompatelize, dans les Vosges, sont en grève, afin de protester contre la filialisation du site et un nouveau projet industriel qui prévoit de ne conserver que 20 % des effectifs. Le site, sur lequel sont actuellement fabriquées des armatures de sièges pour automobiles, doit se convertir courant 2012 dans la construction de voitures électriques.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Les salariés de l’usine Faurecia ont repris leur activité après la signature d’un protocole qui garantit le maintien de l’emploi jusqu’à fin 2012 et le maintien de 130 postes après 2014. Des dispositions ont par ailleurs été prises afin de préserver la vocation industrielle du site.


Laisser un commentaire