Accueil Actualité Cinéma : du Tombeau de la garde à Metz et à Gorze

Cinéma : du Tombeau de la garde à Metz et à Gorze

1 min lues
1
0
173

Le tournage du Tombeau de la garde a dernièrement débuté au fort de Queuleu (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/10/il-faut-sauver-le-fort-de-queuleu/). Il mobilise une équipe de 25 techniciens, 10 acteurs et jusqu’à 70 figurants. Il doit durer 14 jours.

Image de prévisualisation YouTube 

L’une des scènes filmées dans la casemate A est celle d’un prisonnier qui est allongé sur sa couchette. Un maton lui donne un faux choix : s’engager dans l’armée pour partir à la guerre ou rester détenu. 

Le conflit en question est l’affrontement entre l’Empire napoléonien et l’Allemagne naissante. Patrick Basso a choisi de narrer pour son premier long métrage cette guerre méconnue dans la France de l’intérieur. Il a prévu des scènes de guerre, comme la bataille de Gravelotte (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/03/15/en-passant-par-gravelotte/), un hôpital de campagne et surtout une belle évocation de la vie messine de l’époque. A noter que la reconstitution est prévue dans la cour de l’abbatiale de Gorze (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/26/patrimoine-et-histoire-a-gorze/). 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Un commentaire

  1. bloggerslorrainsengages

    24 octobre, 2012 à 21:29

    Le Tombeau de la Garde est le premier film consacré à la guerre de 1870. Il débute à Gravelotte autour de la célèbre bataille (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/03/15/en-passant-par-gravelotte/), met en scène Bazaine à Pange, installe un hôpital de campagne dans l’abbatiale de Gorze, plonge dans la misère des petites gens dans Metz assiégé Ruelle de la Baue. Un film d’action, autour de trois militaires et d’une chanteuse de rue.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Après les casernes, les collèges !

La théorie des dominos n’a jamais été aussi d’actualité en Lorraine : après la fermeture d…