Accueil Culture et patrimoine Olivier Liévin : « Promouvoir le tourisme passe nécessairement par l’image »

Olivier Liévin : « Promouvoir le tourisme passe nécessairement par l’image »

9 min lues
0
0
2

Après avoir illustré notre article sur l’opportunité de créer un grand musée sur la sidérurgie en Lorraine par l’une de ses photos (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/30/un-grand-musee-sur-la-siderurgie-en-lorraine/), le Groupe BLE Lorraine a dernièrement proposé au photographe messin Olivier Liévin une interview. Voici ses réponses à nos questions.

BLE : Pouvez-vous vous présenter brièvement et décrire en quelques mots votre travail ?

Olivier Liévin : J’ai 40 ans et je suis photographe auteur et autodidacte. J’ai eu mon premier appareil reflex argentique il y a une vingtaine d’année et je suis passé au numérique en 2003. Véritable amoureux de l’image en couleur, je fais très peu de noir et blanc. Je n’ai pas de sujet de prédilection, il suffit de faire un tour sur mon site internet ou sur mon blog pour s’en apercevoir. J’aime à penser que tout peut-être mis en valeur par l’image, de la friche industrielle au portrait en passant par la photo d’objets en studio ou à la macro. Lorsqu’on m’appelle pour réaliser des clichés afin d’illustrer le site internet d’une ville ou d’un village, on attend de moi de valoriser le patrimoine, aussi banal soit-il. Depuis quelques temps, je m’essaye également avec plaisir au reportage et aux photos de concerts, deux domaines que je découvre avec beaucoup d’intérêt.

BLE : Est-ce que l’on peut gagner aujourd’hui sa vie uniquement par la photo ?

O.L. : Malheureusement c’est devenu très difficile, il ne doit pas y avoir beaucoup de photographes gagnant correctement leur vie. Aujourd’hui, les gens s’imaginent que faire de belles photos est à la portée de n’importe quel possesseur d’appareil numérique, pour cette raison ils pensent qu’elles doivent être bon marché voire gratuites ! Pourtant, le numérique impose une méthode de travail rigoureuse qui prend beaucoup de temps, ainsi qu’un investissement en matériel conséquent, auxquels s’ajoute le temps passé sur le terrain pour la prise de vue. Comment s’en sortir face à des banques d’images proposant des photos à 5 euros ? Il existe des lois pour protéger le travail photographique et permettre un revenu correct, mais il faut sans cesse se battre pour les faire appliquer. C’est pour ça que de nombreux photographes, et c’est mon cas, sont obligés d’avoir une autre activité professionnelle à côté de celle de photographe.

ghostrider.bmp

« Ghost Rider » devant le Centre Pompidou-Metz (Crédit photo : Olivier Liévin)

BLE : Sous quel(s) angle(s) photographiez-vous la Lorraine : la Lorraine triste et grise et/ou la Lorraine méconnue pleine de couleurs et de vie ?

O.L. : Sortons des clichés. Certes, il reste des zones fortement industrialisées en Lorraine, mais je la vois plus verte que grise. Nous avons la chance d’avoir une météo très arrosée. Demandez à une personne du Sud de la France ce qui la frappe en venant ici, elle vous répondra que c’est vert. Et puis ne réduisons pas la Lorraine à un secteur : les Vosges avec leurs magnifiques paysages font également partie de notre région ! Et c’est justement ce qui fait la richesse de la Lorraine : ses paysages variés et fortement contrastés, il suffit de savoir regarder… et photographier !

BLE : Pensez-vous que la photo peut changer l’image désuète de la Lorraine en France ?

O.L. : Pourquoi ? La Lorraine a une image désuète ? Si c’est le cas je répondrais oui : la photo peut tout mettre en valeur. Je pense à notre patrimoine industriel évidemment, mais également à la riche histoire locale. Et puis, avec la crise de la sidérurgie, la crise économique et aujourd’hui les restructurations militaires, la Lorraine ne cesse d’évoluer et de se transformer. L’implantation de l’antenne délocalisée du Centre Pompidou à Metz est une véritable chance pour notre région : elle permet d’attirer des touristes qui n’auraient sans doute jamais imaginé venir un jour en Lorraine. Notre région a donc une carte à jouer au niveau touristique et promouvoir le tourisme passe nécessairement par l’image.

BLE : Quelle est votre actualité photographique pour les prochains mois ?

O.L. : Pour l’instant, je continue le reportage. J’ai aussi quelques concerts en vue et peut-être des photographies industrielles pour un client avec lequel je travaille régulièrement. Je vais également profiter de l’été pour photographier d’autres régions françaises : la Bretagne et les Hautes-Alpes notamment. Les photos sont faites pour être regardées, j’essaye donc de faire connaître mon travail, principalement par l’intermédiaire de mon site et du blog.

Le Groupe BLE Lorraine remercie Olivier Liévin d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Vous pouvez découvrir son travail sur son site internet : http://www.olivier-lievin.fr/.

qualitble.jpg 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Culture et patrimoine

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le Lorrain, génie de l’art

Né en 1600 à Chamagne, dans les Vosges, orphelin à douze ans, puis recueilli à Fribourg pa…