Accueil Découverte La biodiversité a son Eden

La biodiversité a son Eden

1
0
310

Encore méconnu du grand public, l’Etang d’Amel, dans la Meuse, est un havre de paix niché dans l’immense plaine de la Woëvre. C’est le paradis des grenouilles, des libellules, des busards des roseaux, du balbuzard pêcheur, des cigognes blanches, des grues cendrées ou encore du butor étoilé, une espèce menacée de héron, don il ne resterait qu’une poignée d’individus en Lorraine. Tout autour de l’étang se trouve des parcelles en herbe qui sont exploitées par les agriculteurs du secteur selon un cahier des charges bien précis. Il y a également quelques mares atypiques qui font le bonheur des batraciens.

Etang Amel

L’Etang d’Amel en Meuse (Crédits photo : Musicaline)

L’Etang d’Amel trouve son origine au Moyen-âge, où en 1280, les chanoines de l’église Saint-Pierre d’Amel l’ont créé pour fournir du poisson pendant le carême. L’étang est encore de nos jours vidé tous les deux ans par le pisciculteur mosellan qui l’exploite. Il recèle de nombreuses espèces connues comme le brochet, la carpe ou la perche. On y cependant aussi des espèces plus rares comme la bouvière ou l’hâble de Heckel. 

L’Etang d’Amel a été classé en 2006, réserve naturelle régionale, la première du genre en France, en raison de ses incroyables richesses faunistiques et végétales. On compte en effet 120 à 130 espèces d’oiseux nicheurs dans ses vastes roselières. 

La réalisation d’un sentier pédagogique tout autour de l’étang, ainsi que d’un second chalet d’observation devrait enfin permettre d’ouvrir cet étang exceptionnel au public sans toutefois déranger les espèces qu’il abrite.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Découverte

Un commentaire

  1. bloggerslorrainsengages

    15 avril, 2011 à 14:13

    Avec l’étang d’Amel, la Lorraine compte 5 autres réserves naturelles régionales, à savoir : la tourbière des Charmes, la côte de Delme, la vallée de la Moselle sauvage, l’étang de Lachaussée et la zone humide du moulin de Velving-Teterchen.

    Ces réserves naturelles régionales ont avant tout comme objectif de protéger les sites naturels présentant un intérêt écologique ou géologique majeur.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

BA 128 : la résidence du général reconvertie en restaurant gastronomique ?

Désormais vide suite aux iniques et odieuses restructurations militaires (voir : http://fo…