Accueil Actualité Restructurations militaires : craintes sur le respect des engagements de l’Etat français

Restructurations militaires : craintes sur le respect des engagements de l’Etat français

4 min lues
4
0
137

Aujourd’hui et plus que jamais nous pouvons craindre que l’Etat français de respecte pas ses engagements pris dans le cadre du Contrat de Redynamisation des Site de Défense (CRSD), notamment au sujet de la Caserne Serret à Châtel-Saint-Germain (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/02/26/restructurations-militaires-demonstration-par-labsurde/). Nicolas Sarkozy avait pourtant promis de compenser la saignée des 5 000 militaires (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/restructurations-militaires-en-lorraine-une-nouvelle-saignee/) … Mais ne soyons pas naïfs. 

Les termes du CRSD prévoyaient une libération de la Caserne Serret de Châtel après le départ du 1er Régiment Médical pour l’été 2011 (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/06/26/precisions-sur-le-crsd/). Ce site devait accueillir l »installation d’un internat d’excellence de dimension académique et le regroupement de plusieurs compagnies de CRS (voir :http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/05/12/regroupement-de-crs-a-metz/). 

Or, à cinq mois de l’échéance, Metz Métropole ne dispose d’aucune visibilité. Selon certaines sources, alors même que 20 millions d’euros ont d’ores et déjà été investis dans la caserne pour accueillir les compagnies de CRS de Metz, Thionville et Jarville, l’hypothèse de leur installation sur le site serait « gelée », ce qui signifie que l’on peut y renoncer. Par conséquent, l’internat d’excellence n’aurait également plus lieu d’être. 

Autrement dit, l’Etat français se fout de la Lorraine et des Lorrains. C’est un sentiment de colère et de rejet qui prédomine. 

Certains estiment de même que la gestion du site de Châtel-Saint-Germain traduirait en réalité un désengagement plus général de l’Etat français quant au CRSD. 

En effet, pour ce qui est du foncier, Paris s’était engagé à fournir pour l’ensemble des sites concernés la liste exhaustive des emprises cessibles, accompagnée d’un diagnostic et d’un calendrier prévisionnel. A ce jour, ce document n’a pas été transmis dans son intégralité. 

Par ailleurs, le CRSD était assorti d’un engagement humain, avec la création au niveau de l’agglomération messine de 1 500 emplois publics devant compenser une partie des effectifs civils et militaires « perdus » par les iniques et odieuses restructurations militaires. Aujourd’hui, 74 emplois sont effectifs (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/05/29/le-cira-de-metz-inaugure/) et 1 180 prévisionnels ou prévus. Ce qui fait que 320 sont encore à trouver et à créer. Là encore, aucun calendrier prévisionnel n’a été avancé. 

Un scandale.  

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

4 Commentaires

  1. bloggerslorrainsengages

    27 avril, 2011 à 23:08

    La caserne Serret, laissée vacante par les militaires du 1er régiment médical de Châtel-Saint-Germain, accueillerait finalement deux compagnies de CRS, celles de Thionville et de Metz, mais pas celle de Jarville, contre trois prévues initialement, plus des hommes de la compagnie autoroutière et de la direction interrégionale des CRS, ainsi qu’un internat d’excellence. Soit … 180 personnes au total plus l’internat. Super !

    Rappelons que la région messine va perdre plus de 4 000 militaires. Sur les 1 500 emplois publics « promis » par Nicolas Sarkozy, nous en sommes à 1 260. Il en reste donc 240 à trouver.

    Certains font enfin entendre que Metz pourrait accueillir le futur pôle interrégional de Météo-France avec 90 fonctionnaires.

  2. bloggerslorrainsengages

    16 mai, 2011 à 18:52

    Les hommes du 1er Régiment Médical doivent quitter cet été le quartier Serret de Châtel-Saint-Germain. Ils devraient être remplacés par trois compagnies de CRS et les élèves d’un internat d’excellence. Soit près de 1 000 militaires contre environ 350 policiers et 250 élèves. C’est le projet proposé par l’État français dans le cadre du Contrat de Redynamisation du Site de Défense de la région messine (CRSD) pour compenser, en partie, la perte des emplois résultant des iniques et odieuses restructurations militaires (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/06/26/precisions-sur-le-crsd/).

    Du côté des CRS, on redoute que le regroupement à Châtel-Saint-Germain ne soit prétexte à une mutualisation et donc à une nouvelle coupe claire dans les effectifs. De même, on s’interroge sur les coûts d’une remise aux normes des locaux à l’heure où chaque ministère français est prié de se serrer la ceinture. Car la remise aux normes des bâtiments risque d’être très chère : près de 10 millions d’euros pour installer les élèves et entre 500 000 euros et 3 millions d’euros pour les CRS.

    Selon certaines sources, la rentrée scolaire pourrait se faire dès septembre 2012 à Châtel-Saint-Germain. A voir.

  3. bloggerslorrainsengages

    3 juillet, 2011 à 22:58

    Malgré l’ampleur des iniques et odieuses restructurations militaires, il reste dix régiments des forces terrestres en Lorraine, ce qui représente 12 % des capacités opérationnelles de l’armée de Terre, pourcentage qui place notre province en pole position.

    Par ailleurs, le 3ème Régiment de Hussards s’installe à Metz (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/21/metz-accueillera-bien-le-3eme-regiment-de-hussards/) dans le cadre du redéploiement de la brigade franco-allemande de part et d’autre de la frontière, ce qui signifie un apport de 700 personnes sans compter les familles. Il y a eu aussi la création du centre de formation initiale des militaires du rang de Thierville (Verdun), celui de Bitche et celui de Dieuze. Ces centres comptent entre 30 et 70 permanents avec entre 200 et 400 stagiaires.

    De même, la Lorraine compte cinq bases de défense. Il s’agit de nouvelles circonscriptions administratives chargées d’assurer le soutien des unités militaires locales, que ce soit dans leur fonctionnement quotidien comme en projection.

    Enfin, la garnison de Metz conforte son statut de commandement zonal interarmées, puisque le gouverneur militaire est aussi l’officier général chargé de la zone de soutien défense de Dunkerque à Macon. De ce fait, Metz a vu se densifier les services zonaux qui gèrent l’infrastructure, les télécommunications et la santé.

    Et là, on doit être content. On va allait loin avec ça…

  4. bloggerslorrainsengages

    11 août, 2012 à 20:55

    Les compensations promises à la suite des iniques et odieuses restructurations militaires exercées sur l’agglomération messine n’avancent pas. Si l’utilisation des 32 millions d’euros accordés par Paris pour financer 14 projets de l’agglomération ne pose aucun problème, l’incertitude plane toujours sur les 1 500 emplois publics promis Nicolas Sarkozy. Selon le nouveau préfet de Lorraine, Nacer Meddah, l’« engagement tient toujours » malgré le changement de présidence. Celui-ci se montre cependant nettement plus prudent concernant les modalités, puisque « la principale incertitude, ce sont les 574 emplois de statisticiens prévus. Aujourd’hui, seuls 180 emplois sont assurés ». D’autres ministères français pourraient être mis à contribution si l’INSEE n’était pas en mesure de créer 574 postes à Metz.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une visite au sommet à Saint-Avold ?

Le président du Conseil Général de la Moselle rêve d’une visite commune d’Obama et d…