Accueil Actualité Metz : la situation est grave

Metz : la situation est grave

3 min lues
2
0
8

Les premières études révèlent que l’agglomération messine a été en 2010 « plus durement touchée » et sortirait par ailleurs moins vite de la crise que les autres pôles métropolitains. Son taux de chômage est de 9,8 %. A titre de comparaison celui de l’agglomération nancéienne est 8,9 %.

On note de même un affaiblissement certain de la démographie. Le constat est identique pour Nancy, contrairement à des agglomérations comme Toulouse ou Montpellier. Le Soleil n’explique pas tout. Les villes du Sud ont en effet su miser sur l’innovation et investissent En Lorraine, la seule agglomération qui ne s’en sort pas trop mal est Thionville, avec une démographie en hausse de 0,2% tirée par l’attractivité luxembourgeoise.

Quant à l’effet TGV, il est plutôt négatif. Cela dit, Metz a commencé à récolter les fruits de Pompidou. Ainsi, si on suppose que 300 000 visiteurs étrangers à l’agglomération l’ont découvert en 2010, sur plus de 600 000, et qu’ils ont dépensé en moyenne 20 euros, cela représente 6 millions d’euros de retombées pour la ville. Par ailleurs, le taux d’occupation des hôtels a augmenté entre 14% et 25% de manière générale et même de 73% pour le seul quatre étoiles de la ville, à savoir « La Citadelle ». On constate également beaucoup plus d’étrangers dans les restaurants messins et au marché couvert.

Néanmoins, Pompidou-Metz ne peut et ne pourra pas à lui tout seul compenser la crise, le départ des militaires et les problèmes dans l’automobile. Metz doit à tout prix miser sur l’innovation, la haute-technologie et la formation supérieure pour créer une très forte valeur ajoutée. La cité doit devenir le hub et la plaque tournante de l’économie de la Grande Région.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

2 Commentaires

  1. Johnny La-On

    1 mars, 2011 à 13:43

    Petite précision quant aux retombées directes du CPM : à la mi-février 680 000 personnes l’avaient visité dont 14% d’étrangers qui ont dépensé en moyenne 173€, soit 16,5 millions d’euros au total.
    Et cette somme déjà confortable monte à 23 millions d’euros si on compte les 20% de visiteurs lorrains non-mosellans (sur 55% de visiteurs lorrains).
    La grande inconnue est la dépense moyenne des touristes français venus d’outre-Meuse.

    « Metz doit à tout prix miser sur l’innovation, la haute-technologie et la formation supérieure pour créer une très forte valeur ajoutée »
    Institut Lafayette, Pôle Procédés Mécanique Matériaux (PM)², pôle innovation santé de Mercy, projet IRT M2P (si Metz est sélectionnée)… Ca bouge dans le bon sens, non ?
    Il y a aussi une info qui va dans le même sens, j’ai lu ça sur Lorraine Café :
    « Positif : la mairie [de Metz] devrait annoncer en février l’implantation du centre de recherche d’une entreprise européenne.  »
    Je serai curieux de savoir si vous avez des infos là-dessus car je n’ai rien trouvé sur le Net…

  2. bloggerslorrainsengages

    1 mars, 2011 à 15:50

    Certes, mais on pourra être content quand tout cela sera sorti de terre, avant ce ne sont « que » des projets…

    pour l’entreprise : Schneider ou Siemens

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Centre Pompidou-Metz : une flèche pour atteindre des sommets

Le Centre Pompidou-Metz vient de prendre son allure définitive avec la pose de sa flèche d…