Accueil Actualité Football : et si Amnéville montait en National ?

Football : et si Amnéville montait en National ?

4 min lues
5
0
6

Amnéville est en tête de son groupe de CFA et postule plus que jamais à une accession en National. Le Club Sportif Orne Amnéville-les-Thermes (CSOA), dont l’ambition n’est plus à démontrer, ne cesse de gravir les échelons de la notoriété. En effet, en l’espace de treize ans, la formation mosellane est passée des affres de la Division d’Honneur Régionale (DHR) au sommet du Championnat de France Amateur (CFA), le quatrième niveau national. Pour la formation du président Laurent Fanzel, l’idéal serait d’accéder en National d’ici 2015. Mais si cela doit arriver plus tôt, les Lorrains ne s’en priveront pas.

En attendant, c’est dans ses différents parcours en Coupe de France que le club de la vallée de l’Orne s’est le plus illustré. Il avait ainsi chuté en 16ème de finale de la compétition en 2003 contre le futur vainqueur, l’AJ Auxerre (0-3). Cette saison, la belle aventure s’est arrêtée brutalement à Sedan (4-0), aux portes de l’entrée en lice des formations de l’élite. Il faut dire que c’était le tirage le plus difficile face à la meilleure équipe de Ligue 2 à domicile.

Amnéville doit entre autres son succès à son entraîneur, Pascal Carzaniga. Arrivé il y a deux ans et demi, ce Belge de 41 ans a immédiatement imposé sa griffe. Il forme depuis un duo quasi fraternel avec David Zitelli, l’ex-attaquant de Metz, Strasbourg et Nancy.

Sur le terrain, deux joueurs sont indéboulonnables et portent l’équipe vers le haut. Il s’agit du meneur de jeu, Thierry Steinmetz, qui suscite d’ailleurs la convoitise du FC Metz, ainsi que de Mehdi Méniri, ancien Grenat, capitaine et taulier de la défense amnévilloise. Comme d’autres avant lui, à savoir Cyril Serredzum, Thierry Pauk ou encore Didier Lang, il est venu à 33 ans donner un petit coup de pouce au voisin mosellan. 

En cas de montée en National, le CSOA pourrait devenir la troisième formation professionnelle de football en Lorraine actuellement. Cela serait bien, car comparée à d’autres notre province n’est guère représentée à ces échiquiers, signes de reconnaissance et d’identification. Par exemple, la Bretagne compte 6 clubs en Ligue 1 (Rennes, Lorient, Brest), Ligue 2 (Vannes) et National (Guingamp, Plabennec). Pourtant, la Lorraine dispose de nombreuses villes moyennes. Que font donc Thionville, Forbach, Epinal, Toul, Sarreguemines, Verdun, Raon l’Etape … 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

5 Commentaires

  1. deacity2

    4 mars, 2011 à 11:29

    N’oublions pas que l’US Forbach évolue en CFA2, ce qui n’est pas si mauvais!

  2. bloggerslorrainsengages

    4 mars, 2011 à 12:34

    Qui plus est, Forbach évoluait en D2 dans les années 1950-1960. Il faudrait peut-être envisager une fusion maintenant entre l’US et Marianau pour faire progresser la ville.

  3. bloggerslorrainsengages

    13 juillet, 2011 à 19:54

    Le CSOA a été sacré meilleur club de jeunes amateur français en 2011. A noter que la Renaissance Sportive de Magny l’avait déjà été dans les années 2000.

  4. bloggerslorrainsengages

    2 septembre, 2012 à 15:10

    Le CSO d’Amnéville a dernièrement adopté un modèle organisationnel proche de celui de l’AS Nancy Lorraine, avec laquelle le club a signé un partenariat en avril 2012 (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/04/22/partenariat-entre-l%E2%80%99asnl-et-le-csoa/). Amnéville souhaite également maîtriser davantage son image. C’est la raison pour laquelle le club dispose d’un nouveau blason, d’un nouveau slogan (« Source d’avenir ») et d’un magazine mensuel vendu 2,50 euros. Le CSOA passera par ailleurs du statut d’association à celui de SAS (Société à Actions Simplifiées). La formation restera enfin 100 % lorraine et le partenariat avec l’ASNL pourrait déboucher sur l’arrivée de plusieurs joueurs sous forme de prêt.

  5. bloggerslorrainsengages

    24 novembre, 2012 à 13:07

    Avec 520 000 euros de budget par an contre 800 000 euros en moyenne en CFA, le CSOA a des moyens limités. Par conséquent, il mise sur des valeurs de convivialité pour exister tout en insistant sur la formation. Il a d’ailleurs été élu « meilleur club de France » chez les amateurs en 2010. Sur les 400 licenciés que compte au total le club, 90 % sont mosellans.

    Mais Amnéville est aussi victime de son succès. Le club voit ainsi partir à chaque mercato ou presque ses meilleurs éléments au Luxembourg, où l’argent est roi. De nombreux clubs lorrains ont périclité à cause de cela, à l’image de Thionville ou d’Audun-le-Tiche par exemple.

    Devancé d’un rien par Besançon et Epinal pour la montée en National il y a deux ans, Amnéville connaît depuis plus de difficultés en CFA. De même, en raison d’un décalage dans sa trésorerie, le CSOA rencontre des problèmes financiers. Il ne peut pas viser pour le moment une éventuelle montée. Le club pourrait exploser si cela arrivait trop tôt. Un nouveau club house est néanmoins en projet, afin de solidifier encore un peu plus les fondations.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Restauration de l’obélisque Sadi Carnot à Nancy

Les plaques en bronze de l’obélisque Sadi Carnot de Nancy auraient été fondues par les All…