Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

De la pomme des Jardins de Laquenexy

Le cadeau officiel offert en clôture de la conférence mondiale sur la diversité biologique, qui se tient actuellement à Nagoya, au Japon, sera une pomme conçue par les Jardins fruitiers d’Ars-Laquenexy, aux portes de Metz. Mais il ne s’agit pas de n’importe quelle pomme, puisque le fruit défendu est marqué du logo de ce sommet organisé par les Nations Unies et qui réunit plus de 17 000 personnes. 

Les Jardins fruitiers d’Ars-Laquenexy sont passés maîtres dans le marquage, une vieille technique devenue aujourd’hui très rare. Ils ont pour l’occasion opté par une « Gloster », une variété de pomme qui se prête parfaitement bien à cette pratique. 

La technique du marquage de pommes a connu son apogée au XIXème siècle dans les vergers de Montreuil-sous-Bois, dans la région parisienne. Entièrement naturelle, elle est basée sur le contrôle de la coloration du fruit. 

L’œuvre des Jardins de Laquenexy, produite à 200 exemplaires, se retrouvera dans les mains des représentants des 193 pays qui ont ratifié la convention sur la diversité biologique de Rio en 1992. Les pommes mosellanes seront alors offertes aux représentants de ces Etats le 27 octobre, lors du dîner de clôture. 

L’enjeu est important pour la Moselle qui attend une reconnaissance énorme de son savoir-faire fruitier et horticole. Il faut dire que les Jardins de Laquenexy ont fait du marquage des pommes un de leurs supports favoris de communication.   

21 octobre, 2010 à 16:55


4 Commentaires pour “De la pomme des Jardins de Laquenexy”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Les Jardins fruitiers de Laquenexy, près de Metz, conserve plus de 1 000 variétés d’arbres fruitiers. Ce centre d’expérimentation a été créé il y a 110 ans par les Allemands.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Des pommes marquées des Jardins Fruitiers de Laquenexy ont été offertes le 20 septembre lors de l’assemblée générale de l’ONU à New York à 81 délégués. Une forme de reconnaissance planétaire pour le site mosellan et son savoir-faire. Cette technique entièrement naturelle est basée sur le contrôle de la coloration du fruit. Grâce à l’ensachage de la pomme, puis à son déballage et à la mise en place d’un pochoir, les pommes deviennent des œuvres d’art et des ambassadrices des Nations-Unis.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La collection fruitière des Jardins Fruitiers de Laquenexy est issue des pépinières Simon-Louis de Plantières. L’installation de quatre ruchers a été nécessaire pour assurer la pollinisation de ce musée arboricole à ciel ouvert. Environ 1 600 espèces s’y épanouissent sur douze hectares. Le site abrite la plus grande collection du monde de framboisiers avec 96 variétés, ainsi que la seconde d’Europe de pommes, après Brogdale en Angleterre et ses 2 900 variétés. Les Jardins font également partie des trois centres au monde à maîtriser encore la technique des pommes marquées.

  4. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La pomme marquée fut l’une des attractions de l’exposition universelle de 1900. Avant de tomber dans l’oubli. Aujourd’hui, plus que trois sites pratiquent encore cet art horticole délicat dans le monde. Ils se trouvent au Japon, à Montreuil et à Laquenexy. En Lorraine, c’est la variété de pommes gloster qui sert de support. Recouvertes d’un sac, elles sont privées de lumière au cours de leur développement pour ne pas se colorer. Un pochoir avec le motif souhaité leur est ensuite appliqué dessus. La réexposition à la lumière intensifie enfin leur coloration avant que le pochoir ne leur soit retiré.

    La planète entière s’arrache désormais les pommes marquées des Jardins fruitiers de Laquenexy, véritables œuvres d’art. Harrison Ford en a commandé toute une série. Les joueurs de tennis du Moselle Open en ont aussi. Chaque délégation en a également reçu lors du sommet de la Cop 21 à Paris. Un millier de ces pommes avait par ailleurs été présenté au prestigieux Jardin botanique de Chenshan dans le cadre du salon Apple Art, plus grande exposition jamais consacrée à cet art éphémère qui a attiré plus de 800 000 visiteurs.


Laisser un commentaire