Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Etat des lieux des pharmaciens en Lorraine

La question de la démographie des pharmaciens en Lorraine n’est heureusement pas aussi préoccupante que celle des médecins (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/04/19/un-desert-medical-se-profile-a-lhorizon-en-lorraine/). C’est en tout cas ce qui ressort du diagnostic de la profession qui comptait 2 350 pharmaciens en Lorraine au 1er janvier 2008. 

Deux raisons expliquent cette situation. D’une part, l’installation des pharmacies d’officine est réglementée, ce qui induit une certaine homogénéité de densité, exception faite du département de la Moselle qui affiche une moindre densité. Les quotas d’installation y sont en effet différents en raison du Droit Local. Si bien qu’il n’y a que 86 pharmaciens pour 100 000 habitants en Moselle, contre 94 en Meuse, 102 dans les Vosges et 121 en Meurthe-et-Moselle. Soit une densité globale de 101 pharmaciens en Lorraine, très inférieure à la moyenne française qui s’établit à 117. 

D’autre part, les pharmaciens formés par la faculté de Nancy sont en majorité originaires du pays. Ils y restent donc plus facilement. Près de 80 % des pharmaciens lorrains sont en effet diplômés de cette université. 

Par ailleurs, les besoins annuels dans les dix ans à venir sont estimés à trente ou quarante pharmaciens, alors que soixante pharmaciens sortent diplômés de la fac de Nancy chaque année et exercent en officine. 

Le rapport met enfin en évidence des difficultés plus importantes dans le Nord de la Lorraine. Dans ces territoires et en particulier en Moselle-Est, les consommations d’actes médicaux sont importantes alors que les pharmacies d’officine sont moins nombreuses et ne comptent pas autant de pharmaciens que ne le prévoit la réglementation. C’est donc là qu’il faut agir en priorité. 

19 juillet, 2010 à 17:54


Laisser un commentaire