Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Quid des compensations aux restructurations militaires en Lorraine ?

Quid des compensations aux restructurations militaires en Lorraine ?

Du côté lorrain de Belval, les décideurs sont toujours en train de se poser la question de l’Opération d’Intérêt National (OIN) annoncée par le président français il y a déjà quelques temps (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/10/en-route-vers-la-nouvelle-cite-du-xxieme-siecle/) et de réfléchir à la manière de concevoir l’ensemble du projet transfrontalier sur un secteur de plus de mille hectares. Des pistes de grands projets structurants devraient par conséquent être lancées. Quand ? On ne le sait pas. Par contre, on sait précisément quand partiront les militaires (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/07/26/le-mensonge-du-siecle/#more-785). Là-dessus, pas de problème. Parmi les projets évoqués, citons par exemple un accélérateur d’entreprises, un pôle universitaire, un centre de stockage de données (ou data center) et une structure hospitalière transfrontalière pour laquelle un vrai besoin émerge, notamment en raison du développement démographique. L’infrastructure permettrait en effet de fusionner les trois sites d’Esch et pourrait disposer d’une capacité de 600 lits. Il faut dire que l’on est sur un bassin de 30 000 habitants dont les prévisions démographiques tablent sur une évolution de la population de l’ordre de 8 000 habitants dans les dix ans.  

Nous pouvons cela dit déplorer comme certains l’absence de mesures concrètes, si ce n’est « de réunions dites de travail et des promesses dilatoires ». Par exemple, les chantiers de la mise à 2X3 voies de l’A 31 et du contournement de Thionville (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/03/15/le-projet-de-contournement-de-thionville-ressort-des-cartons/) ne sont toujours pas commencés. Ils font juste partie des discussions du schéma national des infrastructures de transport. Bref… vous nous aurez compris. 

Dans l’agglomération messine, le compte n’y est toujours pas en matière de compensations aux iniques et odieuses restructurations militaires (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/restructurations-militaires-2/). Si la venue de 750 statisticiens dont 625 de l’INSEE semble désormais acquise à l’horizon 2014, pour le reste c’est plus ou moins le flou artistique (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/06/04/restructurations-militaires-apres-le-flou-artistique-le-silence-radio/). Pour les agents de la « compagnie du chiffre », l‘idée première était de les installer dans l’ancienne gare de Metz une fois libérée (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/09/06/linsee-a-la-place-de-la-sncf/). Aujourd’hui, la construction, moins coûteuse et plus rapide, de locaux neufs dans le quartier de l’Amphithéâtre tient plus que jamais la corde. Encore faut-il que le nouveau bâtiment ait une architecture digne du nouveau quartier et du Centre Pompidou-Metz. Par contre les 70 agents du Centre National de Renseignement Administratif sont déjà arrivés (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/05/29/le-cira-de-metz-inaugure/), alors que les 95 agents du centre informatique de l’éducation nationale sont attendus, tout comme les 250 agents de la défense. Il semblerait aussi que quatre ministères français, à savoir ceux de la défense, de l’éducation nationale, de la recherche et du travail, fassent dans les six mois des propositions pour délocaliser à Metz 350 nouveaux emplois. 

10 juillet, 2010 à 11:46


Laisser un commentaire