Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Lancement des travaux de la nouvelle maternité de Metz

Moyennant un investissement de 40 millions d’euros et deux ans de travaux, le Centre Hospitalier Régional (CHR) de Metz-Thionville va bâtir une grande maternité jouxtant le nouvel hôpital public actuellement en construction à Mercy (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/05/21/mercy-la-maternite-change-de-place/). C’est donc un véritable pôle femme-mère-enfant qui devrait voir le jour au printemps 2012.  

Chaque étage de la future maternité sera relié au Nouvel Hôpital de Metz (NHM) et assurera ainsi une bonne accessibilité aux différents plateaux techniques et aux blocs opératoires. 156 lits ont été prévus. 96 % des chambres en gynéco-obstétrique seront des chambres individuelles équipées de douche, de toilettes et de lavabo. En maternité, les chambres comprendront de même toutes un espace bébé. 

En plus de ce nouveau pôle, le CHR a décidé d’installer une stérilisation centrale afin d’assurer la production de stérilisation des sites de Metz, Thionville et de Briey. Il aimerait bien dans le même temps augmenter le nombre de naissances à Metz et séduire de nouvelles patientes. Pour y parvenir, l’hôpital femme-mère-enfant proposera entre autre une salle d’accouchement dite « nature », proposant aux femmes d’accoucher le plus naturellement possible. 

Tout comme le NHM, l’hôpital femme-mère-enfant sera desservi par le Mettis. La station sera construite face à l’entrée principale du bâtiment qui s’appuiera aussi sur 400 places de parking. 

5 juillet, 2010 à 18:46


3 Commentaires pour “Lancement des travaux de la nouvelle maternité de Metz”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Juste à côté du Nouvel hôpital de Metz, les travaux du futur hôpital Femme-Mère-Enfant de Metz ont démarré l’été dernier. Ils sont encore au stade du gros œuvre.

    Cette grande maternité, qui a notamment pour but de recevoir les services de l’Hôpital-Maternité de Metz, à la rentrée 2012, est construite sous forme de trois plots de typologie et de couleur semblables. Le premier plot, situé à l’Est, regroupe sur les niveaux supérieurs les activités dites « chaudes », en relation directe avec les plateaux techniques et les fonctions logistiques. Les deux autres, situés à l’Ouest, accueillent les consultations sur les niveaux inférieurs et les hospitalisations dans les étages.

    Au total, l’hôpital Femme-Mère-Enfant comptabilisera 156 lits et places. Son dimensionnement prévoit la prise en charge d’environ 3 000 accouchements par an.

    Il représente un investissement de 40 millions d’euros.

    A noter enfin que le nouvel hôpital Femme-Mère-Enfant de Thionville ouvrira quant à lui en 2014.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Certaines questions peuvent être simples en apparence et difficiles en pratique. Par exemple, où naît-on ? Dans la commune où l’on pousse son premier cri ou à l’adresse du bâtiment dans lequel a eu lieu l’accouchement ? C’est le dilemme inédit que pose la nouvelle maternité du CHR de Metz-Thionville, qui sera baptisée hôpital femme-mère-enfant. Cette dernière est en effet construite à cheval sur deux bans communaux. L’adresse de l’établissement qui ouvrira en fin d’année est à Ars-Laquenexy, alors que les salles d’accouchement sont à Peltre. Par conséquent, où devront être inscrit à l’état civil les 3 000 bébés qui doivent voir le jour chaque année dans cette maternité ? Leur carte d’identité portera-t-elle la mention « Né à Peltre » ou « Né à Ars-Laquenexy » ?

    Pour les communes concernées, l’enjeu n’est pas seulement symbolique. En effet, l’ « heureuse » désignée aura la lourde tâche d’accueillir tous les jeunes papas qui viendront enregistrer leurs bambins, mais aussi, pendant 100 ans, de délivrer les actes de naissances et de procéder aux modifications d’état civil (mariage, divorce, etc.) de ces bébés qui deviendront grands. Un énorme travail dont le coût annuel est estimé à 300 000 euros. Beaucoup trop élevé pour des petites communes aux moyens limités.

    Le problème a plusieurs fois été remonté au ministère de la justice. Sa réponse était jusqu’à présent claire. « Quelle que soit la configuration des salles à l’intérieur de la maternité, une naissance doit donner lieu à un enregistrement à l’état civil de la commune dans le ressort de laquelle se situe l’adresse de la maternité. Le fait que les salles d’accouchement soient, en pratique, situées sur le territoire d’une autre commune n’a donc aucune incidence ». La charge revenait donc à Ars-Laquenexy, adresse de l’établissement. Le maire de la commune s’était alors battu pour obtenir les moyens de financer un tel service. Après des mois de travail, il avait réussi à faire cofinancer les frais d’état civil par la communauté d’agglomération de Metz Métropole et a même pu lancer un projet de nouvelle mairie, afin d’accueillir le nouveau personnel et stocker tous les actes d’état civil.

    Mais le 28 octobre 2011, une nouvelle circulaire du ministère français de la justice est venue tout remettre en cause. Celle-ci indique que « le lieu de naissance énoncé dans l’acte doit s’entendre du lieu de l’expulsion de l’enfant au cours de l’accouchement ». Donc à Peltre.

    Cette interprétation du droit poserait des difficultés pratiques particulièrement cocasses, puisqu’il faudrait quasiment tracer une démarcation au sol pour déterminer le lieu exacte de naissance des enfants au sein de la nouvelle maternité.

    A Peltre, cela ne fait rire personne, puisque la commune est dans l’obligation de trouver une solution pour financer l’état civil, alors que la maternité doit ouvrir ses portes dans quelques mois. Or Peltre ne fait malheureusement pas partie de Metz Métropole. Par conséquent, la commune ne peut pas compter sur l’enveloppe financière qu’avait réussi à obtenir Ars-Laquenexy.

    (Source : RL du 22/04/2012)

  3. bloggerslorrainsengages écrit:

    Les naissances au Nouvel Hôpital de Metz à Mercy seront finalement enregistrées à Peltre, lieu d’implantation de la maternité.


Laisser un commentaire