Accueil Actualité La reconquête du chanvre

La reconquête du chanvre

3 min lues
3
0
2

Une unité industrielle de transformation de la paille de chanvre va prochainement être implantée à Creutzwald, avec pour objectif d’être opérationnelle pour le printemps 2011. La montée en charge de l’outil devrait se faire sur un an afin de porter la capacité de traitement de 1 000 hectares issus du Grand Est et de Sarre à l’automne 2011 à 2 000 hectares en 2012-2013. Moyennant un investissement de 3 millions d’euros, le site devrait générer 15 emplois et les débouchés sont nombreux, notamment dans la construction, l’automobile et la plasturgie. Ce projet ne fait que confirmer le grand retour de cette plante dans l’agriculture lorraine.

Rappelons que la fibre de chanvre, qui est utilisée comme isolant thermique, peut rentrer dans la fabrication de plaquettes de frein pour remplacer l’amiante. La chènevotte, autrement dit le cœur du chanvre, est quant à elle destinée à confectionner des litières animales en raison de son important pouvoir absorbant. Elle peut aussi composer des paillis pour les parterres fleuris ou servir de béton léger dans le bâtiment. La poussière de chanvre peut être enfin utilisée comme combustible, en étant par exemple conditionnée sous forme de granulés.

Progressivement, des agriculteurs de l’Est ont tenté l’aventure, séduits par une culture aux cours stables et inscrits dans un contrat entre l’exploitant et le transformateur. La graine présente en effet un rendement moyen d’une tonne à l’hectare et est achetée 500 euros la tonne. Riche en Omega 3, elle est transformée en huile alimentaire d’assaisonnement. La paille, dont le rendement oscille entre 5,5 et 7 tonnes à l’hectare est quant à elle achetée 110 euros la tonne.

Même si ce cannabis sativa présente les mêmes caractéristiques visuelles que son cousin germain, il ne génère en rien les mêmes effets sur l’organisme humain. Inutile donc de faire un raid nocturne pour en subtiliser quelques pieds parmi les 380 hectares actuellement cultivés en Lorraine.   

  • Projet Végisole en Lorraine

    Lancé en Lorraine il y a quelques années, le projet Végisole vise à développer la culture …
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

3 Commentaires

  1. bloggerslorrainsengages

    5 septembre, 2010 à 14:43

    Une usine va prochainement être implantée par les Chanvriers de l’Est à Creutzwald sur une friche du parc d’activités Sud. Le site de 2,30 ha possède deux bâtiments de 1 500 m² et de 500 m². L’unité aura une capacité de l’équivalent de 2 000 ha de production, soit environ 12 000 tonnes de paille par an. Ce projet, d’un montant de 3,5 millions d’euros, devrait générer la création de vingt-cinq emplois. L’usine devrait être opérationnelle pour la récolte 2011. Enfin, si la demande continue de croître, les Chanvriers de l’Est n’excluent pas de créer une seconde unité en Meurthe-et-Moselle.

  2. bloggerslorrainsengages

    19 octobre, 2012 à 21:44

    Oublié après la Seconde Guerre Mondiale en raison de l’apparition des produits issus de la pétrochimie et du coton, le chanvre fait son retour. Les agriculteurs y voient un bon moyen de diversifier leur exploitation. 450 hectares sont consacrés à la culture du chanvre industriel en Lorraine. Réunis sous l’appellation « Chanvriers de l’Est », les producteurs lorrains ont décidé de construire leur propre usine de traitement à Creutzwald. Celle-ci devrait prochainement être opérationnelle. Ils ont dans cette optique étaient approchés par le Pôle de compétitivité Fibres (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/02/13/le-pole-fibre-soriente-vers-le-developpement-durable/), qui appuie une politique de relance industrielle en Lorraine.

    Le principe du traitement du chanvre permet d’obtenir les graines, ou chènevis, qui sont employées pour la fabrication d’huile riche en omégas 3 et 6. La paille est quant à elle traitée pour faire de la fibre et de la chènevotte. La fibre est utilisée dans le domaine des matériaux composites. Les constructeurs automobiles s’en servent principalement pour fabriquer les tissus. Elle sert également aux constructeurs aéronautiques et ferroviaires. Elle est également de plus en plus prisée dans le bâtiment, notamment pour ses propriétés isolantes. La chènevotte, qui possède un fort pouvoir absorbant, est utilisée pour la confection de litières animales. On peut aussi la transformer en bloc de béton pour la construction (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/10/18/construction-en-lorraine-linnovation-par-le-vegetal/).

  3. Groupe BLE Lorraine

    10 janvier, 2014 à 23:33

    En Lorraine, près de 500 hectares sont consacrés à la culture du chanvre. Ce renouveau marque en réalité le retour à une tradition très ancienne. Historiquement, le chanvre, dont les tiges grimpent jusqu’à 2,50 mètres de haut, a longtemps constitué la matière première des tisserands de tout poil, de la layette au linceul.

    A Creutzwald, les Chanvriers de l’Est ont dernièrement conclus leur première saison de récolte et de transformation de chanvre lorrain. Constitués au début des années 2000 pour favoriser la diversification agricole et alimenter une usine de transformation allemande, les Chanvriers de l’Est ont pris leur indépendance il y a deux ans. Ils confient la graine du chanvre récolté à la coopérative Lorca, qui la traite à Château-Salins. Ils s’occupent eux-mêmes de la fibre. Grâce à un procédé entièrement mécanique, qui n’a aucun impact sur l’environnement, la fibre du chanvre est séparée de la chènevotte, également appelée « bois de chanvre ». La première sera utilisée pour créer des matériaux composites, des papiers et des isolants. La chènevotte servira quant à elle de torchis, de litière pour les animaux ou encore de paillage très prisé par les jardiniers. Les Chanvriers de l’Est récupèrent même la poussière produite lors du battage pour fabriquer des briques combustibles.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Grandeur et décadence du football de la vallée de la Fensch

La crise socioéconomique actuelle a bien entendu des répercussions sur le football de vall…