Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Quand le passé refait surface

Le Pays de Sarrebourg est très riche en vestiges historiques. La découverte d’une carte des étoiles l’année dernière où celle plus récente d’indices templiers témoignent d’une présence humaine depuis la nuit des temps dans ce secteur forestier et bien mystérieux. Ce territoire a en effet connu des périodes fastes et possède un patrimoine encore largement sous-estimé, qui se révèle peu à peu au regard des historiens et des archéologues qui, malheureusement, ne disposent pas toujours des fonds nécessaires pour exploiter ce qui est mis au jour durant les travaux. A ce titre, le chantier de la ligne LGV risque d’être générateur de nombreuses découvertes, puisqu’il traverse des zones répertoriées comme très sensibles en matière archéologique.

Encore faut-il que ces découvertes ne soient pas dissimulées, voire détruites, par souci d’économie ou de respect du calendrier des travaux. Car il y a autant de légendes de trésors que de témoignages sur les vestiges discrètement coulés dans le béton. 

Il faut dire que l’ancien comté de Dabo fut le berceau des châteaux-forts d’Alsace, dès le Xème siècle. Mais bien avant, les hauteurs avait déjà été occupées par des populations celtes, qui avaient fait du Donon un véritable sanctuaire multiculturel qui rayonnait bien au-delà des limites lorraines actuelles. Le site de la Croix-Guillaume, à Saint-Quirin, n’est pas un cas isolé, même s’il reste une exception dans la façon dont il a été valorisé et ouvert au public. Un exemple à suivre en la matière. 

Plus près de Sarrebourg, la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich, dotée d’un système de thermes unique, n’a pas grand-chose à envier à celle de Bliesbruck. Les découvertes teutoniques se situent d’ailleurs dans son périmètre direct, le long de l’ancienne voie romaine, l’itinéraire Antonin, qui reliait Strasbourg à Boulogne. La guerre de Trente Ans a été destructrice, surtout en plaine. Mais au gré des événements naturels, après la tempête de 1999 et la canicule de 2003, le passé ressurgie soudain sur les cartes satellites. 

(Source : presse régionale)

31 mai, 2010 à 19:08


Laisser un commentaire