Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Metz : Colère autour du chantier de rénovation place Saint-Louis

Metz : Colère autour du chantier de rénovation place Saint-Louis

L’exaspération est en train d’atteindre son paroxysme au sujet du chantier de rénovation de l’immeuble de la place Saint-Louis. Depuis novembre, les travaux n’ont en effet pas avancé d’un pouce et un commerçant a dû déposer le bilan. Pourtant, à ce stade, si l’on se réfère au planning initial, la réhabilitation de l’immeuble devrait en être à la phase de consolidation intérieure et entamer celle de la démolition de la charpente, de la couverture et de quelques planchers en bois. Avec notamment l’intervention de plusieurs entreprises en charge des travaux de second œuvre. Enfin, sur le papier. Car sur le terrain, on en est très loin. Depuis le 10 novembre, plus aucun ouvrier n’aurait en effet mis les pieds sur les lieux entourés de palissades recouvertes d’affiches et de tracts. Une nouvelle qui bien entendu nous réjouit, quand on sait que la place devrait très prochainement se trouver sur le flux de Pompidou ! L’inertie de la situation est d’autant plus incompréhensible que sur la pancarte du projet figure la liste des soutiens de cette opération architecturale d’envergure : l’Agence Nationale de l’Habitat, le CG 57, le Centre d’Aménagement du Logement de la Moselle, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, Metz Métropole et la ville de Metz. Une question se pose donc : pourquoi la municipalité n’intervient-elle pas et n’utilise t-elle pas son droit de préemption afin de faire avancer les choses ? Les riverains, en particulier les commerçants de la place, n’en peuvent plus. Ils ont ainsi l’impression d’être menés en bateau depuis maintenant 3 ans. Il faut dire que toutes les instances soi-disant « compétentes » se renvoient la balle. Il apparaît désormais strictement impossible que les délais annoncés, avec une fin de chantier initialement programmée fin juin, soient respectés. Au grand dam de l’intérêt touristique, architectural et économique de la ville. 

19 avril, 2010 à 19:04


Laisser un commentaire