Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Le trésor des Templiers en Lorraine ?

Ce n’est pas un poisson d’avril. Plusieurs témoignages apportent des explications à la récente découverte d’un trou dans un champ à Langatte, dans le Pays de Sarrebourg, en Lorraine (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/03/27/mysterieux-trou-a-langatte/). Tous crédibles, ceux-ci sont néanmoins bien difficiles à vérifier concrètement. Mais des indices révélés dans les environs laissent penser qu’il existerait bien un réseau de galeries souterraines dans le sous-sol du Pays de Sarrebourg, entre Rinting, Langatte et Saint-Ulrich. 

Lorsque l’agriculteur ressent une chaleur en se penchant au-dessus du trou, il s’agit probablement de l’air provenant d’une cavité enfouie dans le sol que les principes géothermiques ont rendu plus chaud que l’atmosphère de surface. De même, il y a bien, au Rinting, au moins un début de tunnel. Au Haut-Clocher aussi, non pas au couvent actuel, mais plus loin, en lisière de forêt, sur des terres appartenant à l’ancienne possession de Saint-Ulrich, à la ferme du Fundenhoff. C’est là qu’un trou aux dimensions semblables à celui de Langatte a été retrouvé. La bâtisse est en réalité une ancienne commanderie de l’ordre des chevaliers teutoniques. La présence teutonique ne fait aucun doute. Des traces évidentes subsistent, à l’instar d’une croix pattée, symboles des ordres des moines soldats. De même, les mentions dans des documents historiques sont nombreuses.

templiers.jpgabbayedesalival.jpg

Rappelons que l’ordre des chevaliers teutoniques ou frère hospitaliers de Notre-Dame des Allemands, a été fondé durant les croisades en Terre Sainte en l’an 1190. C’est un ordre militaire et hospitalier, dont la mission originelle était de protéger les pèlerins germaniques en route vers Jérusalem. Organisés sous forme de milice, ces chevaliers étaient financièrement soutenus par les commanderies implantées en Europe, où ils sont devenus tellement puissants qu’ils sont à l’origine de la création de la Prusse. L’ordre teutonique est attesté très tôt à Sarrebourg, puisque son installation remonterait à 1222. La commanderie a été constituée dans le domaine proche de Saint-Ulrich, importante villa gallo-romaine, sur un site stratégique placé le long de la voie romaine et où l’eau s’écoule en abondance en sous-sol. Les chevaliers teutoniques ont sans doute récupéré par opportunisme d’anciennes galeries et auraient exploité puis développé à leur tour ce réseau souterrain en le consolidant et en l’aménagement pour leurs besoins. La présence de ces chevaliers est signalée jusqu’au XVème siècle. L’ordre teutonique possédait alors des privilèges, d’importants domaines et prélevait la dime paroissiale. Il bénéficiait également de dons et de legs. A noter par ailleurs que les Teutoniques sont à l’origine de la création de l’hôpital de Sarrebourg. 

Mais dans cette histoire d’ordres et de chevaliers, l’élément le plus intriguant reste un plan gravé dans la pierre figurant sur le blason teutonique, qui indiquerait le cheminement des tunnels, leurs positions, leurs issues, ainsi que la localisation des emplacements des statues des apôtres en or. Douze, comme le signale une légende locale et comme il en est également fait mention dans les récits populaires. Laissé à la vue de tous, ce plan ne peut cela dit pas être compris par l’œil profane. Certains pensent qu’il s’agirait d’une carte donnant accès à une crypte secrète. Si bien que dès lors l’existence de cette crypte est admise, toutes les théories les plus audacieuses semblent permises. La cavité devrait au moins renfermer des reliques et des documents transmis de générations en générations et perdus au plus profond dans les mémoires. Nombres d’anciens ont ainsi rapporté les propos de leurs parents et grands-parents. Les religieux qui ont occupé les lieux auraient emprunté ces tunnels, avant que leurs accès ne soient fermés de la main de l’homme par sécurité. 

Il n’empêche que les travaux réalisés dans le passé par des amateurs réputés donnent un relief très particulier aux découvertes de ces derniers jours et nous amènent sur les sentiers de l’une des plus fantastiques énigmes de l’histoire : le trésor des Templiers. 

Au XIIIème siècle, sur fond de querelle avec le Pape et de dette, le roi de France, Philippe le Bel, fit la chasse aux Templiers, cet ordre de chevaliers né en Terre Sainte au moment des croisades. Ce fut la fuite. Le puissant ordre fut démantelé. Un convoi de trois charrettes sous escorte s’enfuit alors de Paris. Si sa destination reste aujourd’hui inconnue, la piste la plus vraisemblable mène vers les ports de l’Ouest et La Rochelle pour rejoindre les côtes britanniques, notamment l’Ecosse, où les Templiers rescapés auraient fondé la franc-maçonnerie, ou le littoral portugais. Mais des historiens émettent l’hypothèse d’un leurre pour détourner la véritable destination, vers la Lorraine, en suivant l’ancienne voie romaine, véritable autoroute marchande de l’époque. Le trésor évacué aurait été confié à la famille de Salm, afin d’être transmis ensuite aux héritiers du Temple. Dans cette optique, il aurait été emmené vers la puissante abbaye de Salival en Moselle. Des Templiers étaient en tout cas déjà installés non loin de là à Vic-sur-Seille et Gélucourt. 

Pour renforcer cette théorie, il apparaît que des archives du Temple ont été placées sous protection teutonique. En effet, si les Templiers étaient sur leur déclin, l’ordre teutonique était au contraire en pleine ascension. En 1780, des ouvriers auraient ainsi découvert un coffre contenant des documents templiers à Maastricht, anciennement dépendance de Lorraine, sous les remparts de la commanderie teutonique des Nouveaux-Joncs. Dès lors, en suivant la piste lorraine, si le convoi de Paris a effectivement suivi la voie Reims-Strasbourg, il se trouvait donc très proche de Sarrebourg, où la transmission d’autres documents et d’objets templiers a pu être effectuée, afin de les soustraire à la convoitise du roi de France. A l’époque, Salival se trouvait en territoire germanique, sous Frédéric Ier de Barberousse. L’empereur avait des liens familiaux avec Hugues, Comte de Dabo et de Metz. Si bien que les chevaliers teutoniques de Sarrebourg auraient très bien pu se voir confier le trésor des Templiers évacués de Paris. Le mystère demeure, pour le moment… 

(Source : presse régionale) 

1 avril, 2010 à 22:15


15 Commentaires pour “Le trésor des Templiers en Lorraine ?”


1 2
  1. BERARD écrit:

    Ai lu les 2 livres (très intéressants) de Michel HENRY.
    Autre lieux mythique des Templiers : leur château à Doncourt aux Templiers en Meuse avec en prime le trésor.
    Le château a disparu (attesté), le trésor n’a jamais été trouvé (officiellement).

    Souhaite pouvoir prendre contact avec Michel HENRY concernant ce lieu et avoir son avis.

    Cordialement à tous

  2. Menotto écrit:

    Bonjour a vous,pourriez vous m indiquer ou ce trouvait ce château a Doncourt en. Meuse,Merci a vous.Cordialement.Dominique Menotto

  3. pic écrit:

    pas mal

  4. BERARD écrit:

    Le château des Templiers était situé sur la petite hauteur juste en face de l’église actuelle. Ne reste maintenant de ce château que le souvenir des Templiers dont le nom est accolé au nom du village. Probablement détruit dans la moitiès du 13° siècle, il fut reconstruit sur la gauche de de cette église par les Hospitaliers, détruit à la Révolution, il dut servir de carrière et rien n’en subsiste.
    Cordialement

  5. Thibauld écrit:

    Je vais trouver ce trésor tôt ou tard !!

1 2

Laisser un commentaire