Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Le projet de contournement de Thionville ressort des cartons

Mis au placard depuis 2006, le projet de Contournement Ouest de Thionville (COT) n’a pas changé, contrairement à son contexte politique et économique. Entre-temps, des élections municipales, un Grenelle de l’Environnement, un port d’Illange (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/25/grand-port-lorrain-sur-la-moselle-tout-ou-presque-reste-encore-a-faire/#more-1051) qui ressuscite et une crise économique sans précédent depuis 1929 sont en effet passés par-là. Résumons brièvement le projet.   

Tout a commencé par un simple constat : l’autoroute A31 est saturée au niveau de Thionville. Et la situation n’est pas prête de s’améliorer avec les dizaines de milliers de travailleurs frontaliers. Si bien que pour délester la traversée étroite de Thionville avec un pont de Beauregard complètement congestionné, une solution s’est esquissée, celle d’utiliser l’A30 qui part vers Longwy et de construire une nouvelle route de 6,4 kilomètres à travers Florange pour rejoindre l’A31 en aval de Thionville. Le tout pour un montant total de 240 millions d’euros.   

Mais si les flux de circulation s’empalent les uns dans les autres après Thionville, cela ne changera rien du tout. L’idéal serait ainsi de mener une réflexion globale sur le COT, le goulot du poste-frontière de Zoufftgen et sur l’échangeur de Gasperich au Luxembourg. Si des travaux importants devraient fluidifier dans les années à venir le trafic à Gasperich, le poste frontière de Zoufftgen, qui ralentit la circulation, ne devrait pas être supprimé par les autorités. Il permet en effet de porter des coups non négligeables au trafic de drogue. Le COT est quant à lui inscrit au plan national des infrastructures routières. Il est par ailleurs peut-être nécessaire au désenclavement du futur port d’Illange, dont les retombées seront importantes. Mais il a le désavantage de couper Florange en deux. Nous ne pouvons pas accepter qu’une telle autoroute traverse la ville avec une simple couverture de 400 mètres à hauteur de l’école d’Ebange. Il convient par conséquent que les zones urbaines soient protégées par une couverture intégrale et que l’on traite le problème sur l’ensemble du territoire thionvillois, et non pas uniquement à partir de la seule déviation Ouest. Ce qui signifie qu’un Contournement Est de Thionville, qui prolongerait l’actuel contournement de Yutz et rejoindrait l’A31 à hauteur de Kanfen, doit être envisagé.   

15 mars, 2010 à 19:34


Un commentaire pour “Le projet de contournement de Thionville ressort des cartons”


  1. BLE écrit:

    Pour plus d’informations et pour prendre le problème dans son intégralité, merci de vous reporter à : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2008/10/24/exclusivite-lautre-projet-de-la-32/.


Laisser un commentaire