Accueil Découverte Faut pas prendre les Lorrains pour des cons !

Faut pas prendre les Lorrains pour des cons !

2 min lues
4
0
44

C’est avec grand plaisir que nous avons appris la création d’une autre chanson, « Faut pas prendre les Lorrains pour des cons ! », qui fait référence au drame de l’aciérie de Gandrange qui n’en fini pas de faire couler beaucoup d’encre et de larmes. Composée par Pierre Peyrard, cette dernière traite de la détresse sociale et sentimentale, ainsi que de l’indignation née après la fermeture de la structure industrielle d’ArcelorMittal, dans un style différent de Christian De Mitri (voir : http://www.obiwi.fr/culture/musiques/84012-gandrange-une-chanson-pour-ne-pas-oublier). Mais l’amertume et la colère restent les mêmes. Pierre Peyrard nous a dernièrement contactés, comme l’avait fait auparavant Christian De Mitri, afin que l’aidions à faire connaître son œuvre musicale. C’est pourquoi, suivant la même démarche qui a conduit au succès de « Marchand d’acier tueur de région », nous vous proposons d’écouter cette chanson réussie et bien travaillée, qui allie une mélodie douce à des paroles très poignantes. Bravo à Pierre Peyrard qui s’est de même engagé à « reverser l’intégralité des droits d’auteur de cette chanson à un fonds de solidarité destiné aux ex-salariés et aux sous-traitants de l’aciérie de Gandrange ». Humilité et solidarité, ou quand les mots laissent parler le cœur…

Image de prévisualisation YouTube 

Pour en savoir plus et pour acheter le CD, suivre ces liens :

http://www.leslorrains.fr/ 

http://www.leslorrains.fr/videos/ 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Découverte

4 Commentaires

  1. blogerslorrainsengages

    23 janvier, 2010 à 12:46

    A PROPOS DE PIERRE PEYRARD : Natif de Metz, Pierre PEYRARD a appris le piano à l’âge de 7 ans, avant de basculer dans une passion irréversible pour les Beatles à l’adolescence, abandonnant ses études au Conservatoire de musique pour le rock. Pianiste de bar lorsqu’il arrive à Paris en 1991, il admire Serge GAINSBOURG pour la qualité de son écriture mais surtout l’art de faire coller la musique aux textes. Boris VIAN, Léo FERRE, mais aussi Eddy MITCHELL et plus récemment le regretté Alain BASHUNG comptent parmi les artistes français qu’il admire.

  2. V@M

    23 janvier, 2010 à 22:12

  3. blogerslorrainsengages

    24 janvier, 2010 à 13:09

    Incroyable. Nous sommes scandalisés de ce qui vous arrive et tenons à vous témoigner de notre solidarité la plus sincère. Vive la liberté d’expression. Décidément la municipalité de Metz accumule les mauvais coups.

  4. berges

    25 janvier, 2010 à 10:18

    je ne sais pas si mon commentaire est passé car j’ai eu un petit pb informatique.
    Je disais donc que ce qui arrive à Gandrange stimule la fibre créatrice des lorrains et particulièrement celle des « Mittal » de Gandrange.
    Voici une autre chanson sur le sujet faites avec « les moyens du bord ».
    http://www.youtube.com/watch?v=OGhBRWOPcFg

    Mais que chacun garde à l’esprit que Gandrange n’est pas mort et que de nombreuses personnes y travaillent toujours.
    Au plaisir de lire ces pages.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La Rose Verdun retrouve ses lettres de noblesse

L’Ecole d’Horticulture de Roville-aux-Chênes, dans les Vosges, a dernièrement ressuscité l…