Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Chantier du TGV Est-Européen : la colère monte à Sarraltroff

Chantier du TGV Est-Européen : la colère monte à Sarraltroff

Les BLE apportent tout leur soutient aux élus et aux habitants de la commune mosellane de Sarraltroff, qui se sont fait littéralement floués par les responsables en charge de la construction du second tronçon de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Baudrecourt et Vendenheim (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/09/03/seconde-phase-de-la-lgv-est-cest-signe/#more-895). En effet, le paisible village du Pays de Sarrebourg sera impacté de manière violente par la future LGV sur près de 40 hectares et passera à proximité immédiate des maisons. Un autre problème sérieux réside dans le viaduc qui doit enjamber la voie ferrée, la Sarre et la nouvelle route départementale, juste avant que le TGV emprunte le tunnel monumental sous les Vosges mosellanes en direction de l’Alsace. Les élus de Sarraltroff ont été mis sur le fait accompli en découvrant que l’ouvrage d’art était passé de 1 300 mètres de long à un peu moins de 400 mètres et que désormais, pour compenser le dénivelé, une butte de 20 mètres de haut allait être érigée. Cette colline artificielle obstruera d’une part complément la somptueuse vue sur les Vosges et d’autre part, ne fera qu’accentuer le ruissellement des eaux de pluie vers l’entrée du village, augmentant par la même occasion considérablement le risque d’inondations. La moindre des choses serait déjà que le viaduc en question aille au-delà de la zone inondable, ce qui est aujourd’hui absolument pas le cas, de manière aussi illogique qu’aberrante. Pourtant, après de nombreuses discussions avec les autorités, les élus de Sarraltroff étaient repartis rassurés après la présentation d’une image de synthèse leur montrant un viaduc de plus de 430 mètres et son impact visuel. Sauf qu’entre temps, des ingénieurs sont revenus en mairie avec une image virtuelle complètement différente : le viaduc raccourci a un pilier en moins et la butte est bien prédominante. Une véritable duperie, un coup malhonnête, un procédé mafieux.  Elus et habitants de Sarraltroff ont ainsi été tous abusés et roulés dans la farine ! 

Mais ce n’est pas tout !  Des fouilles archéologiques préventives sont actuellement menées sur le site du Bergholtzet, au lieu-dit du Wolzingen. Le sous-sol regorge de vestiges gallo-romains, comme tout le monde le sait à Sarraltroff. En effet, les gens empruntaient autrefois cet itinéraire pour rallier Metz (Divodurum) à Strasbourg (Argentoratum) lorsqu’ils voulaient éviter Sarrebourg (Pons Saravi). Les archéologues, qui ont trouvé des pièces intéressantes, affirment de même qu’ils découvrent sur le site une villa gallo-romaine tous les 100 mètres ! Or, tout ce fabuleux patrimoine va être détruit par la ligne ! Un scandale, une honte ! Ceci ne peut faire qu’injure à l’histoire de la glorieuse Lorraine ! 

Pour finir sur cette destruction paysagère et historique que l’on peut qualifier « du siècle », des sociétés se promènent actuellement sur le ban de la commune afin de dénicher des carrières pour approvisionner le chantier de la LGV en granulats. D’ores et déjà le sous-sol de la forêt du Saarwald paraît prometteur. La goutte d’eau qui fait déborder le vase à Sarraltroff et fait souffler le vent de la révolte dans la commune, qui s’apprête à être amputée de 40 hectares pour la LGV et de 8 autres pour la station électrique de la ligne Vigy-Marlenheim (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/05/07/tres-haute-tension-entre-la-lorraine-et-lalsace/)! Hors de question de tailler encore dans la forêt pour le maire. Si bien que les sociétés de terrassement en question ont été voir plus loin. Elles semblent depuis avoir jeté leur dévolu sur une forêt privée juste à côté du village. Le propriétaire aurait apparemment déjà donné son accord. L’approvisionnement en pierre sera complété par l’exploitation des sites environnants d’Hilbesheim et de Berthelming. Une pétition contre la carrière circule à Sarraltroff. Il est temps d’organiser la résistance pour sauver la commune du pilage et de la destruction ! 

3 janvier, 2010 à 12:13


5 Commentaires pour “Chantier du TGV Est-Européen : la colère monte à Sarraltroff”


  1. Manon écrit:

    J’ai entendu parlé de ce conflit. D’ailleurs je crois savoir qu’une manifestation est prévue ce dimanche 25 avril.
    Pour en savoir plus, « l’événement » facebook : http://bit.ly/dvEbw2

    Sinon peut-être joindre directement la mairie.

    Bon courage aux sarraltroffois. David vs Goliath ?

  2. botzung écrit:

    de tout coeur avec la manifestation de dimanche et non a la destruction de l’environnemnt

  3. bloggerslorrainsengages écrit:

    La mobilisation des habitants depuis le printemps dernier a fini par payer. Le projet de carrière imaginé à Sarraltroff pour alimenter le chantier de la LGV Est a en effet été abandonné.

    Une alternative à la construction de cette carrière face à cette petite commune du Pays de Sarrebourg a été trouvée. Réseau ferré de France, maître d’ouvrage, et l’entreprise exécutante exploiteront finalement le déblai de qualité révélé par les premiers travaux de terrassement opérés sur le tracé à quelques kilomètres de Sarraltroff.

    Même si cette manœuvre de substitution s’avère plus complexe et plus onéreuse, elle était nécessaire afin d’apaiser la colère légitime de la population. Le projet de carrière à Sarraltroff induisait en effet le déboisement de la forêt à quelques centaines de mètres du village, détruisant par conséquent tout le paysage.

  4. bloggerslorrainsengages écrit:

    A Sarraltroff, le tablier du viaduc de 441 mètres qui enjambera la Sarre sur la LGV Est-européenne et la Route Départementale 43, a commencé à être lissé sur les 8 piliers construits depuis le début de l’année au fond de la vallée. Le tablier métallique mesure 220 mètres et pèse 1 000 tonnes. Le viaduc de la Sarre constitue l’un des ouvrages d’art les plus importants du chantier. Il doit être achevé en juillet 2012.

  5. bloggerslorrainsengages écrit:

    Long de 441 mètres et haut de 12 mètres, le viaduc de la Sarre a dernièrement été livré après un an et demi de travaux. Il permet de franchir la Sarre et la ligne ferroviaire Metz-Strasbourg. Située à l’entrée de la commune de Sarraltroff, dans le Pays de Sarrebourg, le viaduc avait dans un premier temps suscité l’inquiétude, voire le rejet catégorique, de la population, soucieuse de préserver la qualité de son cadre de vie. Le résultat est finalement satisfaisant. Le bleu émeraude du viaduc rappelle la ligne des Vosges.

    Pour Réseau Ferré de France, l’achèvement de l’un des plus importants ouvrages d’art de la seconde phase de la LGV Est-européenne permet surtout de se rassurer sur le respect du calendrier qui prévoit une mise en service de la ligne en 2016.


Laisser un commentaire