Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Le tracé de la nouvelle RD1 pose problème

Une nouvelle RD1, qui permettrait de délester l’A31, constituerait une véritable bouffée d’oxygène pour les communes traversées par la route actuelle. En effet, lorsque l’autoroute est encombrée, c’est-à-dire presque tout le temps, beaucoup d’automobilistes se reportent logiquement sur la RD1, qui longe l’A 31 de Metz jusqu’à Thionville. Mais cette route départementale traverse des zones qui se sont urbanisées au fil des ans, rendant ainsi un élargissement de la voie assez compliqué. Si bien que les communes de Bousse, Guénange et Bertange, pour ne citer qu’elles, se retrouvent souvent saturées de ces véhicules qui fuient le cauchemar autoroutier. De même, le fait que la portion entre Ay-sur-Moselle et Bousse ne soit qu’à une simple voie au Nord de l’A 4 n’arrange en rien les choses.   

Afin de fluidifier davantage la circulation et de désengorger ces routes, un projet d’une nouvelle RD1 en parallèle a été présenté. Ce dernier prévoit une nouvelle 2X2 voies entre Ay-sur-Moselle et le contournement de Yutz, déjà à 2X2 voies. Cette nouvelle RD1 passerait ainsi entre Bousse et Rurange-lès-Thionville, Guénange et Metzervisse, Bertange et Stuckange avant de rejoindre la RD 918. L’idée séduit les maires de la dizaine de communes du Nord mosellan concernées par cette affaire. Elle ravit de même la communauté de communes de l’Arc Mosellan, qui envisagerait alors de créer un carrefour routier à proximité de sa future aire d’accueil des gens du voyage. 

Mais ce tracé de nouvelle RD 1 est en dysharmonie avec la DTA (Directive Territoriale d’Aménagement). La DTA est en réalité un décret datant de 2005 qui vise à préserver un équilibre entre développement des agglomérations et préservation de la nature. L’Etat français s’oppose donc au projet dans la mesure où il couperait en son beau milieu une forêt. Devant cet avis défavorable, dix maires ont décidé d’envoyer au préfet une motion lui demandant de revoir sa position. D’un autre côté, ce dernier veut aussi que la position du conseil général de la Moselle soit modifiée par la proposition de nouveaux tracés. Si bien qu’en attendant le dossier est bloqué. Une réunion de travail entre les différents intéressés pourrait peut-être mettre fin à ce renvoie de balle stérile. 

(Source : presse régionale) 

1 janvier, 2010 à 12:38


Laisser un commentaire