Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Encore trop de pigeons à Saint-Avold

Il y a deux et afin de limiter les nuisances engendrées par la prolifération des pigeons au centre-ville, Saint-Avold avait aménagé un pigeonnier dans les combles de l’ancien Centre d’Information et d’Orientation (CIO), comportant 8 cases de reproduction, des alvéoles, des perchoirs et une piste d’envol. Un employé communal surveille depuis attentivement les œufs. Dans le but de réguler les naissances, il remplace un œuf sur deux par un faux en plastique. Une opération nécessaire, sinon les pigeons abandonneraient le pigeonnier. En 2008, 112 jeunes y sont nés. Seuls les mâles ont été laissés en vie, dans la mesure où ce sont eux qui ramènent les femelles au bercail. Aujourd’hui, 1 000 à 1 200 pigeons ont été recensés à Saint-Avold. Mais avec une baisse de 300 sujets par an, cela est encore insuffisant. L’objectif de la ville étant en effet d’atteindre une fourchette comprise entre 300 et 500 oiseaux. Il faudrait alors envisager l’aménagement d’un second pigeonnier près de la basilique Saint-Nabor. Dans le temps, les buses venaient prendre les jeunes pigeons dans leur nid. Les pigeons trouvaient leur nourriture dans les corps de ferme et les hommes consommaient régulièrement la viande de ces oiseaux. La situation a bien changé de nos jours, puisque les rapaces vont chercher leur nourriture ailleurs et que l’environnement des habitations agricoles est désormais plus aseptisé. Les pigeons se sont donc réfugiés dans les villes. 

29 décembre, 2009 à 11:55


Laisser un commentaire