Accueil Actualité Les réflexions se poursuivent autour du projet Grand Fare

Les réflexions se poursuivent autour du projet Grand Fare

3 min lues
0
0
2

Codic, le promoteur belge du complexe commercial et de loisirs situé sur le plateau de Farébersviller, en Moselle-Est, prend le temps de redéfinir son projet, quelques mois après son refus par la commission nationale d’aménagement commerciale. Rappelons que le projet Grand Fare, qui comprend un hypermarché Carrefour de 8 000 mètres carrés assorti d’une cinquantaine de boutiques et une zone de loisirs répartis sur 30 hectares, représente un investissement de 150 millions euros et devrait générer 900 emplois sur le bassin. Une convention avait de même été lancée avec le pôle emploi afin de former les gens. Le soutient de quelques élus locaux, dont notamment le maire de Farébersviller, avait permis au dossier d’être approuvé par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) début 2009, avant de se faire recaler fin juin par la commission nationale (CNAC), en raison de l’opposition des associations de commerçants des villes de Forbach, Saint-Avold et Sarreguemines, qui avaient formulé un recours en insistant sur les manques en matière de  développement durable et sur l’impact du projet sur les consommateurs. Les BLE tiennent une nouvelle fois à rappeler par cet article que Grand Fare est un projet d’intérêt général pour un endroit de Lorraine qui a particulièrement besoin de renforcer son attractivité. Une mégazone de 100 hectares attend également juste à côté l’implantation d’entreprises, mais de nouvelles PME ne viendront pas si des services de proximité ne leur sont pas offerts. Codic prendra sa décision finale sur ce dossier dans les premiers mois de 2010. Un échec enverrait un signe négatif aux autres investisseurs potentiels.   

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Gandrange ou le cimetière lorrain des promesses non tenues

Un certain 4 février 2008, le président de la France avait déclaré : « L’Etat p…