Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Emplois publics pour compenser les restructurations militaires à Metz : le compte est bon ?

Emplois publics pour compenser les restructurations militaires à Metz : le compte est bon ?

Au final, il se pourrait que les effectifs des services publics transférés à Metz, afin de compenser les iniques et odieuses restructurations militaires, dépassent le nombre des 1 500 fonctionnaires promis par le président français. Cela dit, comparés à la perte de plus de 5 000 militaires, ces 1 500 emplois apparaissent bien insuffisants. 

A priori, les 635 personnels de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) devraient emménager dans l’actuelle Direction Régionale de la SNCF, dont le bâtiment de style Pailleron sera détruit au profit d’une nouvelle construction. Cela dit, faut-il voir dans cette éventualité la perte pour Metz de cette direction au profit de Nancy ? 

De même, il semblerait que 600 postes de la défense soient transférés dans les casernes Ney, De Lattre de Tassigny et Clémenceau, qui accueilleront les directions administratives centrales, régionales et interrégionales. Metz devrait également voir arriver 15 personnels de l’inspection générale de l’agriculture, ainsi que 75 fonctionnaires du CIRA (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/02/22/compensations-des-restructurations-militaires-metz-dans-le-flou-artistique/), actuellement en cours d’installation. Enfin, un certain nombre d’emplois de l’éducation nationale pourraient être transférés dans la première ville de Lorraine, même si cela reste encore une hypothèse. 

(Source : presse régionale) 

13 décembre, 2009 à 12:41


4 Commentaires pour “Emplois publics pour compenser les restructurations militaires à Metz : le compte est bon ?”


  1. Thierry écrit:

    Remplacer les militaires par des fonctionnaires, implanter toujours plus d’administratifs et de fonctionnaires dans une ville déja largement tournée vers les administrations et le fonctionnariat n’est pas la solution pour l’avenir. Certes, un avenir tranquille….
    Ma conception des choses, c’est que Metz manque de dynamisme économique et de visibilité car la ville n’est spécialisée dans aucuns domaines qui lui permettrait d’être reconnue au delà des frontières régionales.
    Certes, c’est mieux que rien, mais on ne régle pas le problème à long terme, celui de l’attractivité économique.
    Et ne venez pas me dire que l’attractivité messine vient de la proximité de Luxembourg…

  2. Observateur écrit:

    Tout d’abord, les 1500 emplois public sont transférés depuis Paris, il ne s’agit donc pas de nouveaux postes de fonctionnaires.
    De plus, pour la ville de Metz, – 5000 militaires + 1500 fonctionnaires. Je ne vois où la ville va avoir plus d’emploi public, si ce n’est a considerer que les militaires sont des travailleurs privés.

  3. blogerslorrainsengages écrit:

    Bonsoir,

    Il se peut en réalité qu’il y ait en fait plus de fonctionnaires en provenance de Paris et/ou d’autres provinces. Qui plus est, la confirmation de l’arrivée di 3ème Hussards (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/21/metz-accueillera-bien-le-3eme-regiment-de-hussards/) peut également rentrer dans ce cadre. Personne n’a dit ici que les militaires occupaient des emplois privés, du moins pas encore…

    Bien à vous,

    Les BLE

  4. Observateur écrit:

    Mon commentaire était pour répondre à Thierry qui se plaint qu’on implante des nouveaux fonctionnaires à Metz.

    désolé pour la confusion, bien à vous les BLE et bonne continuation ;)


Laisser un commentaire