Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Atton : un nouveau site de production performant et écologique

Atton : un nouveau site de production performant et écologique

EuroBéton International, PME d’origine lorraine, tient à développer son activité tout en minimisant son impact sur l’environnement. Son nouveau site de production d’Atton en Meurthe et Moselle, inauguré il y a huit mois, illustre parfaitement sa politique. Cette entreprise de 105 salariés, qui dispose de 6 sites répartis entre la Lorraine, l’Alsace et la Franche-Comté, entend ainsi faire d’Atton un modèle sur le plan écologique après un investissement total de 8 millions d’euros, soit plus du quart de son chiffre d’affaires annuel évalué à 34 millions d’euros. Ainsi, tout a été pensé afin de minimiser l’impact de la production sur l’environnement. A commencer par le choix du site, implanté sur une zone d’activité située dans un rayon maximal de 150 km de ses fournisseurs et de ses clients. Ceci permet de réduire le transport et ses frais, pour une société qui s’est vue inciter à déplacer son ex-unité de Vandières en raison de l’évolution de l’urbanisme local. De même, l’eau ajoutée aux granulats, au sable et au ciment qui, malaxés, constituent la matière première des 70 000 tonnes de blocs béton produits cette année à Atton, provient presque entièrement de la récupération des eaux de pluie et de drainage. L’usine n’est en outre pas chauffée, pas besoin, puisque isolée par un rideau d’air prélevé à l’extérieur. La chaleur, naturellement dégagée en séchant par les blocs de béton, est ainsi conservée dans la chambre de durcissement. Ce procédé ingénieux permet en plus de favoriser la maturation. Les palettes de bois utilisées pour le transport des parpaings sont quant à elles consignées et réparées en interne chaque fois que cela est nécessaire. L’emballage est enfin réduit à un simple lien de plastique afin de limiter les déchets. 

EuroBéton contribue aussi, dans une certaine mesure, à la valorisation des ex-crassiers mosellans, dans la mesure où l’entreprise utilise dans la conception de ses parpaings du laitier, résidu issu de la fabrication de la fonte produite dans les hauts-fourneaux de la vallée de la Fensch et stocké depuis plus d’un siècle à proximité d’Hagondange. Un matériau local qui est d’ailleurs intéressant sur le plan économique et dont la valorisation permet aussi peu à peu à la nature de reprendre ses droits dans la vallée. Cela dit, ce co-produit sidérurgique, pour l’essentiel valorisé dans les travaux publics et la fabrication du ciment, est une ressource limitée dans le temps. Voilà encore de quoi justifier les évolutions durables d’EuroBéton. 

 

28 novembre, 2009 à 11:23


Laisser un commentaire